Mardi, 13 Novembre, 2018

Ses profits grimpent, mais ses investisseurs s'inquiètent — Apple

WALL STREET ENTAME LE MOIS EN HAUSSE WALL STREET ENTAME LE MOIS EN HAUSSE
Charles Cochet | 04 Novembre, 2018, 05:40

L'iPhone 5 sera concerné, tout comme le MacBook Air de 2012, et d'autres produits comme l'iPhone 4S et les MacBook Pro de 2012 seront ajoutés à ce programme d'ici la fin d'année. Alors pour quelle étrange raison Apple a décidé de ne plus donner à l'avenir le nombre d'unités d'iPhone, d'iPad et de Mac vendues?

Les investisseurs ont mal accueilli les prévisions de ventes du groupe et jugées trop timides, pour la fin de l'année, une période habituellement faste pour la marque à la pomme.

Bien qu'Apple continuera à présenter ses revenus par gamme de produits, les investisseurs et les analystes devront maintenant estimer le total des ventes unitaires et le prix de vente moyen.

La déception des investisseurs a eu pour effet de faire passer brièvement la capitalisation du groupe sous la barre symbolique des 1.000 milliards de dollars lors des échanges électroniques qui ont suivi la clôture de Wall Street jeudi.

La firme de Cupertino ne dira plus combien d'unités d'iPhone ou de Mac ont été vendues sur l'année. Apple a vendu 46,9 millions d'iPhones au cours du dernier trimestre, ce qui est légèrement inférieur aux estimations des analystes.

Toujours très dépendant de l'iPhone, Apple doit pratiquer une stratégie de prix habile dans un marché mondial du smartphone quasiment saturé: assez élevés pour garantir une hausse de son chiffre d'affaires mais sans pour autant faire fuir les consommateurs. Meilleur qu'anticipé aussi sur l'année entière, à 265,6 milliards de dollars (+16%).

Non pas que le chiffre d'affaires et le bénéfice soient ressortis en dessous des attentes, " ils ont tous les deux dépassé les prévisions du consensus, 62,9 milliards de dollars contre 61,4 et 2,91 dollars par action contre 2,78, mais les prévisions du groupe sont décevantes. Apple a encaissé en moyenne 793 dollars par iPhone vendu au cours du trimestre, une hausse de 28 % par rapport à la même période l'an dernier. Apple en fait partie.

La décision intervient alors que les résultats du quatrième trimestre de son exercice décalé indiquent un tassement de la croissance des ventes de smartphones. Et pour ne rien arranger, Christian Parisot de chez Aurel BGC fait remarquer que " la division services (AppStore, Apple Music...), le moteur de la croissance à venir, affiche une croissance de 17% seulement de son chiffre d'affaires.