Mardi, 13 Novembre, 2018

Les larmes de Murielle Bolle, son appel au "vrai coupable" — Affaire Grégory

Murielle Bolle affirme avoir accusé Bernard Laroche par peur des gendarmes Murielle Bolle affirme avoir accusé Bernard Laroche par peur des
Max Fresnel | 07 Novembre, 2018, 01:08

"Je l'ai dit et je le répète: le jour de la mort de Grégory, je suis sortie du collège comme d'habitude, j'ai pris le bus comme d'habitude, je me suis arrêtée chez la tante Louisette où étaient Bernard et son fils Sébastien". Personne ne veut m'entendre. J'espère qu'on va enfin me croire", lance-t-elle, comme un appel: " la justice, les parents de Grégory et l'opinion publique à laquelle j'ai été jetée en pâture. Elle y exprime également ses regrets, après des dizaines années de tourmente: "Je m'en voudrai toute ma vie de toute façon".

À l'époque de la mort du petit Grégory, la loi ne prévoyait pas de garanties spéciales pour la garde à vue des mineurs, comme la notification du droit de se taire ou l'assistance d'un avocat.

Après quelques minutes de route, avait assuré Murielle Bolle, son beau-frère se serait de nouveau arrêté.

Dans cet entretien, Murielle Bolle clame son innocence et explique avoir écrit un livre pour dire qu'elle n'est "pas le monstre que l'on décrit". Car en parallèle, le Conseil constitutionnel doit se prononcer sur un texte qui pourrait invalider l'audition de Murielle Bolle adolescente en novembre 1984. "Tous les jours je pense à lui".

Elle dit que le livre a été écrit aussi pour la mémoire de Bernard Laroche.

Aujourd'hui alors que la justice s'oriente vers un scénario de complot familial, Murielle Bolle n'est pas à l'abri d'une nouvelle mise en examen.

Dans la famille de Murielle Bolle, on évite au maximum d'évoquer ce dramatique épisode: "Avec Marie-Ange (sa soeur, compagne de Bernard Laroche au moment de son décès, ndlr), nos relations n'ont plus jamais été les mêmes". Celle qui avait 15 ans lorsqu'elle a été placée en garde à vue dans le cadre de l'affaire du petit Grégory Villemin, retrouvé mort le 16 octobre 1984 dans la Vologne, s'est lancée dans une tournée médiatique pour promouvoir son livre Briser le silence à paraître le 7 novembre.

Pour la première fois, celle qui est considérée comme le personnage-clé dans cette affaire judiciaire brise le silence dans une interview donnée au Parisien.

Après ses rétractations, Murielle Bolle n'a jamais varié dans ses déclarations. En 1984, pendant son interrogatoire, les gendarmes lui avaient demandé si elle était sûre de ce qu'elle racontait, le fait que Bernard Laroche soit venu la chercher, puis qu'il soit parti prendre le petit Grégory, puis soit revenu seule: "Oui, c'est vrai".

Mme Bolle avait été mise en examen en juin 2017 pour le rapt mortel de l'enfant, comme le couple Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory.