Mercredi, 14 Novembre, 2018

Le journaliste Jamal Khashoggi a été "étranglé" et "démembré", selon Istanbul

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Manama au Bahreïn le 15 décembre 2014 Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Manama au Bahreïn le 15 décembre 2014
Manon Joubert | 01 Novembre, 2018, 03:08

A bien analyser les dernières déclarations des autorités d'Istanbul, les images circulant sur les réseaux sociaux attribuant des restes humains déchiquetés comme des animaux dans un abattoir, à Khashoggi, ne seraient pas celles du journaliste dont la mort présumée serait devenue la pomme de discorde entre Riyad et Ankara. Pour autant, cette visite n'a "pas donné de résultat concret", a déploré Irfan Fidan.

La Turquie a aussi demandé si des éléments confirmant le caractère prémédité du meurtre ont été mis au jour par l'enquête saoudienne, et a répété qu'elle réclame l'extradition des 18 suspects saoudiens arrêtés par le royaume en lien avec cette affaire.

En effet, le parquet turc a annoncé que ledit journaliste a été étranglé à mort dés son entrée au consulat puis son corps a été démembre conformément à plan préparé d'avance.

En guise de réponse, toujours selon le communiqué, le procureur d'Istanbul a été invité à se rendre en Arabie saoudite avec les éléments de l'enquête en sa possession.

Le corps de Jamal Khashoggi n'a pas été, pour l'instant, retrouvé.

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été tué par "strangulation" au consulat de son pays à Istanbul et son corps "démembré", a indiqué mercredi le procureur d'Istanbul, soulignant le caractère "prémédité" de ce meurtre.

L'étranglement est survenu dès l'arrivée du journaliste dissident au consulat selon le procureur turc.

Jamal Khashoggi, un éditorialiste saoudien collaborant notamment avec le Washington Post, a été tué par un commando saoudien dans le consulat de son pays à Istanbul après s'y être rendu pour des démarches administratives.

Commentant le déroulement de l'enquête, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a estimé mercredi que " le compte n'y est pas ". Nous ne nous interdisons rien sur ces sanctions [.] en collaboration avec nos partenaires européens.