Mardi, 13 Novembre, 2018

Khashoggi étranglé et démembré dans le consulat affirme le parquet d'Istanbul — Turquie

Le journaliste saoudien Khashoggi a été étranglé au consulat d'Istanbul, affirme la justice turque Jamal Khashoggi tué par «strangulation» puis «démembré», selon le procureur d'Istanbul
Manon Joubert | 02 Novembre, 2018, 03:55

L'étranglement est survenu dès l'arrivée du journaliste dissident au consulat selon le procureur turc. La semaine dernière, le président Erdogan avait évoqué un " meurtre sauvage", mais sans donner plus de détails.

"Le corps de la victime a été démembré et on s'en est débarrassé suite à sa mort par strangulation, là encore conformément à un plan préparé d'avance".

De plus, selon le texte, les autorités turques ont de nouveau demandé au procureur saoudien et la délégation l'accompagnant l'extradition de 18 suspects arrêtés en Arabie saoudite dans le cadre de l'enquête sur la mort du journaliste, tué dans le consulat de son pays où il s'est rendu le 2 octobre pour des démarches administratives.

En guise de réponse, toujours selon le communiqué, le procureur d'Istanbul a été invité à se rendre en Arabie saoudite avec les éléments de l'enquête en sa possession. "Parce que le procureur travaille pour sauver le prince héritier (saoudien) en manipulant cette enquête au lieu de faire la lumière sur ce meurtre", écrit M. Selvi dans le quotidien Hurriyet. Ses restes, dissous dans l'acide, n'ont pas encore été retrouvés.

Al-Muajab a notamment rencontré lundi et mardi le procureur de la République à Istanbul Irfan Fidan.

Des observateurs ont jugé les explications saoudiennes peu crédibles notamment en raison de la présence au sein du commando saoudien envoyé à Istanbul de plusieurs membres de services de sécurité directement rattachés au prince ben Salmane.

Une vague de versions contradictoires et de démentis a déferlé de la part de la diplomatie saoudienne qui se trouve aujourd'hui en très mauvaise posture.

Journaliste saoudien critique du palais, Jamal Khashoggi, mort à 59 ans, vivait aux Etats-Unis depuis 2017 et collaborait avec le Washington Post.

D'après l'Etablissement de la radio et télévision de Turquie TRT, le procureur général saoudien a demandé à la partie turque de révéler toutes les images et vidéos liées au meurtre, mais le procureurs turcs ont rejeté cette demande. Elles ont également exigé de savoir où se trouvait le corps de Khashoggi: celui-ci n'a toujours pas été retrouvé, quatre semaines après les faits. Interrogé sur RTL mercredi matin, le ministre des affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, a de son côté regretté que l'enquête n'avance pas assez vite. "En fonction des résultats qui seront annoncés, nous prendrons les sanctions nécessaires à l'égard des coupables", a-t-il assuré.