Mardi, 13 Novembre, 2018

Gianni Infantino répète qu'il n'a rien fait "d'illégal" — Football Leaks

Football Leaks : La CAF apporte son soutien à Gianni Infantino Football Leaks: "S'il est interdit d'avoir des amis...", ironise Infantino
Mickael LaFromboise | 09 Novembre, 2018, 00:29

Mis à mal à titre personnel dans les dernières révélations des Football Leaks, que ce soit en tant que président actuel de la FIFA ou ancien dirigeant de l'UEFA, l'ancien monsieur tirage au sort de la C1 s'est défendu mercredi devant le siège de la FIFA à Zurich où l'attendaient plusieurs journalistes, notamment ceux de l'AFP et de La Gazzetta dello Sport. "Voilà pourquoi nous comprenons qu'il puisse y avoir des contre-réactions", argumente Infantino qui insiste: "Le fait que vous ayez un fils d'immigrés italiens président de la FIFA ne plaît peut-être pas à tout le monde". Selon cette enquête, l'UEFA, et ses deux patrons de l'époque Platini et Infantino, aurait "en connaissance de cause aidé les clubs (PSG et Manchester City) à maquiller leurs propres irrégularités, pour des raisons politiques".

Mais selon Gianni Infantino, tout a été fait dans les règles et dénonce une "une attaque injuste ". Mis en cause dans les Football Leaks pour son rôle à la Fifa comme à l'UEFA, il a répété mercredi qu'il n'y avait "rien d'illégal ni de contraire " au code d'éthique dans ce qui lui est reproché. "Certainement pas", assure Infantino. Un procureur extraordinaire est chargé d'examiner les liens qui unissent Infantino à un procureur du canton du Valais Rinaldo Arnold.

Mardi, le Ministère public valaisan a annoncé la prochaine nomination d'un procureur extraordinaire pour se pencher sur la situation de Rinaldo Arnold. "Gianni Infantino m'a invité à des matchs de foot comme ami, cela n'a rien à voir avec Michael Lauber". "Il y a des questions bien plus sérieuses qui peuvent être, sont et seront étudiées par la justice et on arrivera à une juste conclusion ", conclut le président de la Fifa.