Mardi, 13 Novembre, 2018

Européennes : Générations saisit le CSA contre les clips LREM

Dans ce clip gouvernemental appelant les Français à voter aux élections européennes on y voit notamment Matteo Salvini affiché comme repoussoir Européennes : des opposants à Macron indignés par un "clip de propagande" du gouvernement
Max Fresnel | 04 Novembre, 2018, 09:36

Le ministre de l'Intérieur italien et le Premier ministre hongrois, adversaires déclarés d'Emmanuel Macron sur la scène européenne, apparaissent en effet dans cette vidéo.

Des responsables de gauche comme de droite ont dénoncé une vidéo du gouvernement appelant les Français à voter aux élections européennes mais qu'ils estiment être un "clip de propagande" en faveur de la majorité. Le texte qui couronne ces deux figures du "populisme" de droite est clair: "Europe: union ou division?". Ainsi, le débat sur la liberté de circulation des capitaux, le protectionnisme ou les travailleurs détachés est habilement transformé en un faux dilemme "emploi: partenaires ou concurrents". C'est le début d'une succession d'alternatives binaires, entrecoupées d'images chocs. Le sénateur socialiste du Val d'Oise Rachid Temal en appelle au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour faire retirer la vidéo.

Alors que les vidéos du compte du gouvernement dépassent rarement les 200 vues, ce clip est devenu la troisième vidéo la plus vue de la chaîne du gouvernement avec plus d'un million de vues (elle compte également un million de vues sur leur compte Twitter). "Comme vous l'avez payé avec vos impôts, sachez apprécier ce clip gouvernemental, pour les élections européennes, qui n'hésite pas à stigmatiser de manière hypocrite et sournoise Salvini et Orbán", souligne l'ancien ministre des Transports de Nicolas Sarkozy. Salvini et Orban seraient les premiers représentants.

Le mouvement Générations, fondé par Benoît Hamon, a annoncé qu'il allait saisir le CSA et la Commission nationale des comptes de campagne au sujet de ce clip.

Dans un tweet publié le 2 novembre, la président du Rassemblement national Marine Le Pen en a profité pour tacler l'éditorialiste de BFM TV Christophe Barbier, ironiquement qualifié de "porte-parole du gouvernement".

A quelques mois du scrutin, une vidéo vient d'être diffusée par le gouvernement. "Décidément, Macron a un problème avec les règles de financement des campagnes!" Même l'élu italien y est allé de sa réaction: "Le gouvernement français publie, avec l'argent des contribuables, un clip officiel pour les européennes en m'utilisant comme un épouvantail. Emmanuel Macron fait sa propagande sur les frais de l'État, c'est un clip de propagande, mais il le fait passer pour un clip qui amènerait les citoyens à aller voter et je ne trouve pas ça très honnête ", a critiqué Laurence Sailliet sur CNews. "En 2019, un printemps des peuples qui va les balayer les attend", a-t-il écrit sur Twitter. Polémique ou non, ce clip aura eu le mérite de faire parler d'une élection qui, jusque-là, était surtout synonyme de records d'abstention.