Lundi, 22 Octobre, 2018

Pas de remaniement du gouvernement ce mardi soir

Richard Ferrand demande Philippe Wojazer Reuters Richard Ferrand demande"un nouveau souffle
Manon Joubert | 10 Octobre, 2018, 03:08

Il devrait avoir lieu d'ici le Conseil des ministres prévu ce mercredi à 10 heures et avant le départ d'Emmanuel Macron pour un déplacement officiel en Arménie jusqu'à vendredi.

Pour une fois, l'Elysée et Matignon n'ont rien laissé filtrer: l'ampleur des changements au gouvernement est la principale inconnue - mais pas la seule - de ce mouvement attendu dans les heures à venir.

Edouard Philippe n'a pas annoncé la démission de son gouvernement ce mardi matin. L'Elysée en revanche distillait mardi matin des éléments sur les activités du président Macron avec ses homologues chilien et ouzbek ainsi que sur sa visite à la station F prévue à 17 h.

Au final, si cette non-démission n'indique ni le calendrier de ce remaniement ni sa profondeur, elle montre bien le doute qui saisit l'exécutif une semaine après la démission ubuesque du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Quand ce dernier a proclamé sa décision de se porter candidat au municipal de Lyon en 2019, il a été contraint de déposer sa démission.

C'est ce que déclarent des députés de la majorité présidentielle, confirmant le sens de la communication d'Emmanuel Macron qui avait assuré pendant sa campagne qu'il serait le "maître des horloges".

Emmanuel Macron pourrait aussi être tenté de rééquilibrer son assiette politique, après le départ de M. Collomb, issu du Parti socialiste, pour ménager tous ses flancs.

14h58: Selon les informations de Franceinfo, "Marc Fesneau, le chef de file du parti à l'Assemblée, est pressenti pour l'Agriculture, la Cohésion des territoires ou les Relations avec le Parlement".

De plus en plus d'autres noms apparaissent comme François Molins (Procureur de la République de Paris), Mireille Ballestrazzi (Directrice centrale de la police judiciaire) ou encore Jean Castex (l'ancien Secrétaire général adjoint de la présidence de Nicolas Sarkozy).

Le président aurait ainsi échoué à imposer à son Premier ministre le nom du nouveau ministre de l'Intérieur. En off, elle a démenti vouloir le ministère de la Culture mais sait-on jamais, même si le profil de Claudia Ferrazzi, conseillère culture d'Emmanuel Macron, nous parait idéal.

Selon toute vraisemblance, le remaniement devrait être effectué dans la journée.

Emmanuel Macron, dans son accession météorique aux plus hautes charges et armé de sa volonté de briser les structures anciennes, n'a pas bâti son pouvoir sur des fondations politiques profondes, et son mouvement, la République en marche (LREM), manque de figures proéminentes dans son entourage à qui il pourrait confier un ministère aussi sensible que l'Intérieur. Mais il n'est pas exclu qu'il ne soit dévoilé que mercredi.

Le premier ministre doit faire un discours devant les députés demain après-midi, soumis à un vote de confiance acquis d'avance, le parti présidentiel étant majoritaire, selon des sources au fait du dossier. Ce remaniement a été imposé à l'exécutif par la démission soudaine, le 2 octobre, du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.