Mardi, 13 Novembre, 2018

Manger bio réduirait de 25% les risques de cancer

Les consommateurs d'aliments bio seraient moins touchés par le cancer, selon une étude Plus on mange bio, moins on a de risque de cancer
Marie-Paule Arceneaux | 24 Octobre, 2018, 01:49

Ces résultats doivent encore être confirmés par de nouvelles enquêtes.

"Générations Futures se félicite de la publication de cette nouvelle étude qui montre clairement les effets protecteurs des aliments biologiques vis-à-vis du cancer, car les facteurs confondants possibles ont été considérés", déclare François Veillerette, directeur de Générations Futures. C'est la première fois qu'une étude d'une telle ampleur "met en évidence et à partir d'une enquête prospective un lien entre alimentation bio et risque de cancer", renseigne l'épidémiologiste Philip Landrigan au Monde. Selon plusieurs études antérieures, les consommateurs d'aliments bio ont généralement une alimentation plus saine et pratiquent plus de sport que les autres, laissant supposé que le caractère biologique de leur alimentation n'est sans doute pas le seul facteur leur permettant d'éviter de contracter un cancer.

L'équipe de chercheurs du Centre de recherche en épidémiologie et statistiques Sorbonne Paris Cité (Inra/Inserm/Université Paris 13/CNAM) avancent notamment deux hypothèses pouvant expliquer les données obtenues dans cette étude. Manger bio quand on est une femme ménopausée réduirait même de 36% les risques de cancer du sein, et de 76% les risques de lymphomes.

Au cours des 7 années de suivi (2009-2016), 1 340 nouveaux cas de cancers ont été enregistrés et validés sur la base des dossiers médicaux. Des caractéristiques sociodémographiques, de modes de vie ou nutritionnelles ont également été prises en compte dans cette analyse.

La présence de résidus de pesticides synthétiques beaucoup plus fréquente et à des doses plus élevées dans les aliments issus d'une agriculture conventionnelle comparés aux aliments bio. S'il existe, le lien de cause à effet devra, lui, être confirmé par d'autres études.

Moins de pesticides, plus de micronutriments?

Dans le cadre de cette étude NutriNet-Santé, le volet BioNutriNet s'intéresse à l'impact potentiel de la consommation des aliments en fonction de leurs modes de production (bio versus conventionnel) sur l'état nutritionnel, sur des marqueurs toxicologiques, sur l'environnement et sur la santé des individus.

L'alimentation tient une grande place dans notre vie et dans notre santé.