Lundi, 15 Octobre, 2018

"L'impatience n'est pas dans ma nature", ironise Philippe — Remaniement

Semaine cruciale pour Emmanuel Macron à la recherche d'un nouveau souffle Le scénario de remaniement du gouvernement plane sur l'Élysée
Manon Joubert | 12 Octobre, 2018, 01:40

Ces congrès ont traditionnellement lieu en présence du garde des Sceaux, et la venue d'un Premier ministre était une première. Ce sera le gouvernement d'Emmanuel Macron, l'homme qui prétend ne jamais être mis en difficulté, et qui s'en va en goguette dans un Paris ensoleillé au moment où la totalité de la classe politique, y compris la majorité, enrage.

L'opposition dénonce elle une "immense fébrilité au sommet de l'État, avec une succession de couacs et une incapacité à tracer un cap". Les propositions du Premier ministre ne sont pas acceptées par le président de la République idem pour les propositions de ce dernier par le PM. "Au fond, ce feuilleton tente de nous détourner de l'essentiel, parce que chacun sait que les Français sont moins intéressés par le casting que par le scénario". Cette instance permet de savoir si, dans son futur job de ministre, une personne pourrait se retrouver en situation de conflit d'intérêts. "Le nombre de bêtises, "fake news", manips, noms jetés en pâture sur le remaniement, c'est vertigineux", a commenté sur Twitter le conseiller du premier ministre, Gilles Boyer. Les médias français parlent de consultations menées depuis plusieurs jours en vue de remplacer non seulement Gérard Collomb mais aussi d'autres ministres de l'actuel gouvernement, avec un éventuel redécoupage des ministères.

Devenu très populaire que Macron selon les enquêtes d'opinion, Edouard Philippe a profité d'une rentrée orageuse pour endosser la tunique du capitaine qui tient désormais la barre dans la tempête.

Certains l'espéraient, d'autres le redoutaient, tous l'ont encore attendu en vain mardi 9 octobre. L'Elysée annonce prudemment une heure plus tard que le président "recevra rapidement les propositions du Premier ministre". Pas la désignation d'un simple successeur pour l'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, parti reconquérir Lyon.

Avant le départ de Macron pour l'Arménie?

La présidence avait déjà dit mardi soir que le remaniement n'occasionnerait pas la démission du gouvernement.

Le Premier ministre devrait remettre la démission de son gouvernement et être chargé par le président Emmanuel Macron de former une nouvelle équipe, une semaine après la spectaculaire démission du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Mais ce délai serait-il suffisant pour permettre des passations de pouvoir avant le début du Conseil, annoncé à 10 h? Ce qui complique la tâche de l'Elysée et de Matignon.

LE MEILLEURE séquence d'hier a été l'escapade d'Emmanuel Macron à la station F, le fameux " incubateur " de start up dans le XXIIIè arrondissement, suivi d'une promenade chez les bouquinistes de la Seine et d'une retour à pied à l'Elysée. Les centristes du MoDem pourraient récupérer un ou deux portefeuilles, comme Marc Fesneau, leur chef de file à l'Assemblée, pressenti, entre autres, pour l'Agriculture.