Lundi, 15 Octobre, 2018

Le plafond de l'abattement fiscal va diminuer, annonce Macron — Antilles

Après Irma Macron veut faire des Antilles le symbole de son action écolo AFP Après Irma Macron veut faire des Antilles le symbole de son action écolo
Napoleon Lievremont | 01 Octobre, 2018, 02:45

Le cliché a été pris à l'occasion de la visite du président sur l'île de Saint-Martin, dans les Antilles françaises.

"Si vous êtes prêt et motivé, dans l'hôtellerie, le café, la restauration, dans le bâtiment, il n'y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu'ils cherchent des gens", avait déclaré Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat, qui arrivait tout juste de la Martinique balayée par une tempête et secouée par un tremblement de terre sans faire de dégâts importants, est venu "évoquer les préoccupations du quotidien" des Guadeloupéens.

Le chef de l'Etat a également profité de son déplacement en Guadeloupe pour rassurer sur les sargasses, ces algues brunes aux émanations toxiques. Mais le phénomène particulièrement important cette année a poussé l'ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot à se rendre sur place en juin, avec la ministre des Outre-mer Annick Girardin.

Dans ce cadre, "l'action de l'Etat sur le terrain sera portée à trois millions (d'euros) par an, soit une augmentation de 40% sur deux ans", a annoncé le président, afin de poursuivre la recherche sur la dépollution des sols et des aliments - aujourd'hui sans solutions - et accélérer la cartographie des zones polluées.

Pour pallier ce problème, des coupures sont organisées en "tour d'eau", un calendrier censé alimenter les communes en alternance et permettre aux habitants d'organiser leur vie en fonction de l'heure des coupures, qui durent de 12 à 24 heures. Elles s'amoncellent sur les rivages, salissent plages et ports, bloquent parfois l'accès des bateaux, mais surtout dégagent, en séchant, de l'hydrogène sulfuré et de l'ammoniac, qui peuvent provoquer maux de tête, nausées et vomissements. En baisse dans les sondages de popularité, il devrait en profiter une nouvelle fois pour aller au contact de la population, pour répondre à ceux qui l'interpellent sur ses réformes.

Un rapport d'audit du ministère de l'Environnement, publié en juillet, dénonçait les équipements obsolètes, la multiplicité des "propriétaires du réseau" et surtout, le flou autour des responsabilités de gestion.

Selon l'agence Santé publique France, "plus de 90 % de la population adulte" en Guadeloupe et Martinique est contaminée par le chlordécone.