Lundi, 22 Octobre, 2018

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley démissionne

AFP  Dominick Reuter AFP Dominick Reuter
Manon Joubert | 10 Octobre, 2018, 01:55

Nikki Haley, l'énergique ambassadrice des États-Unis auprès de l'ONU, a démissionné de son poste ce mardi. "Le président Trump et l'ambassadrice Nikki Haley vont se rencontrer dans le Bureau ovale à 10h30 ce matin (14h30 GMT)", a simplement annoncé à la presse la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders.

À son tour, Nikki Haley a indiqué qu'elle ferait campagne pour la réélection de Trump à la présidence en 2020, mais elle n'envisageait pas de présenter sa candidature lors des élections en question malgré les rumeurs.

Cette ex-gouverneure de Caroline du Sud fait partie des membres les plus populaires de l'administration républicaine.

Nikki Haley dit qu'elle ne sera pas candidate à la présidentielle de 2020. Elle s'est rapidement imposée en figure incontournable de l'arène onusienne. "Elle a été très spéciale pour moi", a insisté Donald Trump devant la presse. A priori novice en relations internationales, elle a occupé le devant de la scène diplomatique américaine avant d'apparaitre davantage en retrait depuis que le département d'Etat a été confié à Mike Pompeo, un responsable politique très proche de Donald Trump.

Elle apparaissait comme un visage raisonnable pour faire l'interface entre le bouillant et imprévisible président américain et des diplomates parfois perplexes.

"L'an dernier, Nikki Haley a accepté des billets de basket pour la valeur d'une Toyota Corolla". Elle a rapidement adopté l'approche traditionnelle du Parti républicain, sur Israël notamment, ou la Syrie.

S'exprimant devant des journalistes dans le bureau ovale de la Maison-Blanche, avec à ses côtés Nikki Haley, le président a salué l'" incroyable travail " qu'elle a effectué aux Nations unies, sans donner les raisons de son départ. "Elle a fait un travail fantastique ", a-t-il déclaré, précisant qu'elle partirait " à la fin de l'année ".