Lundi, 22 Octobre, 2018

Dans une Roumanie divisée, un vote pour bannir le mariage gay — Référendum

Roumanie : les électeurs boudent le référendum contre le mariage des couples homosexuels En Roumanie l'abstention fait échouer le référendum contre le mariage gay
Manon Joubert | 10 Octobre, 2018, 01:34

Sa pétition, soutenue par l'Église orthodoxe et d'autres organisations confessionnelles, a obtenu trois millions de signatures, un nombre suffisant pour obtenir la tenue de ce vote. Les résultats du référendum sont attendus lundi.

"Nous n'avons pas atteint notre but, nous le ferons la prochaine fois", a de son côté assuré Mihai Gheorghi, le président de la "Coalition pour la famille", à l'origine de ce référendum.

L'abstention a eu raison du référendum anti-mariage gay en Roumanie.

Appelés à inscrire dans la loi fondamentale que seuls "un homme et une femme" peuvent s'unir et non plus des "époux", comme stipulé actuellement, les Roumains n'étaient pas nombreux à voter, après une campagne offensante envers les homosexuels, décrits comme des "voleurs d'enfants", des "pédophiles" ou des "malades mentaux". "C'est un échec pour les Roumains et pour la Roumanie ", a lancé le secrétaire général des sociaux-démocrates (PSD) Codrin Stefanescu, dénonçant le "boycott d'une démarche civique ", surtout homophobe en fait. L'association Accept, qui défend les droits des minorités sexuelles, s'est félicitée d'un résultat qui "démontre l'attachement de l'électorat envers le parcours européen de la Roumanie et envers les valeurs démocratiques". "On devrait laisser à tout le monde le choix de se marier ou non, sans égard pour l'orientation sexuelle", confie à l'AFP Ileana Popescu, une retraitée, après avoir assisté à la messe dominicale à Bucarest.

Selon l'article 259 du Code civil roumain, le mariage est l'union "librement consentie entre un homme et une femme", alors que l'article 48 de la Constitution sur la famille indique que "la famille est fondée sur le mariage librement consenti entre conjoints".

Le gouvernement pour s'assurer que sa manœuvre passe avait rabaissé de 50% à 30% la participation nécessaire à la validation du référendum. Mais selon le sociologue Gelu Duminica, l'implication du PSD dans cette campagne a eu l'effet inverse, éloignant les électeurs des urnes. Leurs discours conjoint d'homophobie et de haine, massivement diffusés dans les campagnes roumaines dans l'espoir d'attiser la réaction des populations rurales largement touchées par la précarité, n'ont pas eu l'écho escompté. Mon éducation orthodoxe, mon éducation traditionnelle me font dire 'oui', c'est comme ça que je vois la continuité de ce peuple. Le même jour, Liviu Dragnea doit comparaître pour son procès en appel dans une affaire d'emplois fictifs qui lui a valu trois ans et demi de prison ferme en première instance.