Lundi, 15 Octobre, 2018

Atterrissage d'urgence pour deux astronautes en partance pour l'ISS

L'équipage de la mission ISS-57/58 avant le lancement de la fusée Soyouz MS-10 Sputnik. Alexei Filippov La fusée Soyouz et ses deux membres d'équipage ont atterri au Kazakhstan
Manon Joubert | 12 Octobre, 2018, 01:43

L'enquête vise à déterminer s'il y a eu des violations des règles de sécurité après cet échec qui a conduit les deux spationautes, le Russe Alexeï Ovtchinine et l'Américain Nick Hague, à s'éjecter avec leur capsule et atterrir indemnes dans les steppes du Kazakhstan.

Selon l'agence Interfax, la défaillance d'un moteur s'est produite au bout de 119 secondes de vol, au moment de la séparation des premier et deuxième étages de la fusée. Cette mission d'une durée de plus de six mois, devait conduire les astronautes dans la station orbitale à laquelle leur vaisseau Soyouz MS-10 aurait dû s'amarrer. "Les équipes de secours se dirigent vers la zone d'atterrissage du vaisseau Soyouz transportant les deux hommes", a ajouté la Nasa sur Twitter. "Problème de lanceur, 2 minutes 45 secondes", annonce ensuite d'une voix parfaitement calme Alexeï Ovtchinine, le commandant de bord de la fusée Soyouz, un cosmonaute expérimenté de 47 ans dont c'est le second voyage dans l'espace après un premier séjour sur l'ISS en 2016. "C'était un vol rapide", a ajouté avec un humour et un sang-froid désarmants. Les deux hommes "n'ont pas été blessés". "L'équipage est vivant et le contact a été établi", a annoncé Roskosmos dans un communiqué, après quelques minutes d'incertitude sur le sort des deux astronautes.

Tous les vols habités du vaisseau russe vers l'ISS sont suspendus jusqu'à nouvel ordre, rapportent des sources citées par l'agence RIA.

Il n'est pas exclu que la mission d'Alexander Gerst doive être prolongée.

Une fusée russe Soyouz, qui devait transporter les astronautes Nick Hague et Alexeï Ovtchinine vers l'ISS ce jeudi matin (4h40 HAE), aurait connu une défaillance technique peu après son décollage de la base de Baïkonour, au Kazakhstan. Des médias russes avaient évoqué la thèse d'un trou fait par les astronautes américains pour créer une situation d'alerte, leur permettant de ramener plus vite sur Terre un de leurs collègues malade.