Mercredi, 14 Novembre, 2018

Attentat de Tunis: un acte "isolé" et "artisanal", selon les autorités

L'Algérie condamne «avec force» l'attentat-suicide de Tunis Alger condamne « avec force » l’attentat-suicide de Tunis
Manon Joubert | 31 Octobre, 2018, 11:51

L'Algérie a condamné, ce mardi 30 octobre, "avec force" par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, l'attentat-suicide qui a ciblé, lundi 29 octobre, une voiture de la police tunisienne sur l'avenue Habib Bourguiba à Tunis.

Vingt personnes, dont quinze policiers et deux adolescents, ont été blessées dans cette attaque, la première à secouer la capitale tunisienne depuis 2015.

La présence policière a été renforcée ce mardi sur l'avenue Bourguiba, là où la kamikaze a fait exploser sa bombe.

Les services municipaux nettoyaient au karcher la zone où la jeune femme a déclenché sa charge, tandis que touristes et travailleurs arpentaient l'avenue où les nombreux cafés ont rouvert.

Les organisateurs des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), l'un des principaux évènements culturels du pays, ont assuré dans un communiqué que le festival aurait lieu comme prévu dans quelques jours, "pour célébrer les valeurs de tolérance, d'ouverture et de vie".

Selon sa famille, la jeune femme, diplômée depuis trois ans, n'avait jamais trouvé d'emploi dans ce secteur, mais s'occupait parfois du cheptel, pour les aider.

Les forces de sécurité tunisiennes sont régulièrement visées par des groupes jihadistes armés opérant notamment dans les zones montagneuses à la frontière avec l'Algérie. Le pays, secoué par des actes terroristes en série avait connu un calme relatif depuis novembre 2015, depuis une attaque-suicide visant un bus de la garde présidentielle qui avait tué encore à Tunis, douze policiers.

Cette attaque "nous rappelle que nous avons d'autres problèmes en Tunisie" que cette course au pouvoir, a réagi lundi le chef de l'Etat, 91 ans.