Lundi, 15 Octobre, 2018

Attentat déjoué de Villepinte : Paris accuse l'Iran

PARIS GÈLE DES AVOIRS IRANIENS EN LIEN AVEC UN PROJET D'ATTENTAT PARIS GÈLE DES AVOIRS IRANIENS EN LIEN AVEC UN PROJET D'ATTENTAT
Manon Joubert | 03 Octobre, 2018, 02:26

Les "fonds et ressources économiques qui appartiennent à, sont possédés, détenus ou contrôlés par M. Assadollah Assadi, né le 22 décembre 1971 à Téhéran (Iran), par M. Saied Hashemi Moghadam, né le 6 août 1962 à Téhéran (Iran)" ainsi que par la direction concernée du ministère iranien du Renseignement font "l'objet d'une mesure de gel des avoirs pour une durée de six mois", est-il indiqué dans l'arrêté.

Dans un communiqué conjoint, les ministres français de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de l'Économie ont annoncé que la France avait gelé pour six mois les avoirs de deux ressortissants iraniens et de la Direction de la sécurité intérieure du ministère iranien du Renseignement.

L'ancien maire de New York Rudy Giuliani à un évènement " Free Iran 2018 - the Alternative " le 30 juin 2018, à Villepinte, en banlieue parisienne.

Ces associations sont soupçonnées par les autorités françaises de légitimer le jihad et de faire l'apologie de mouvements qualifiées de terroristes par les autorités françaises, comme le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais, des organisations soutenues par l'Iran, a détaillé la source. De leurs côtés, les autorités françaises affirment que la France n'entretient " aucune forme de relation politique " avec les Moudjahidines du peuple. En représailles, la France a annoncé le gel des avoirs français de deux personnalités iraniennes et du ministère du Renseignement.

C'est une source diplomatique française qui a confirmé ces accusations auprès de l'AFP ce lundi: " Une enquête longue, précise, détaillée de nos services permet d'arriver à la conclusion, sans aucune ambiguïté, de la responsabilité du ministère du Renseignement dans ce projet d'attentat " contre un rassemblement d 'un groupe d'opposition iranienne en France, les Moudjahidine du peuple, a expliqué cette source. Trois personnes ont été placées en garde à vue après la perquisition.

Cette accusation intervient alors que les autorités françaises ont lancé mardi une offensive contre des intérêts iraniens ou chiites en France.

"L'Iran a démenti les accusations".

"S'il y a un malentendu (.) à propos d'une chose qui n'existe pas, qu'il s'agisse d'une conspiration ourdie par d'autres ou d'une erreur, nous pouvons nous asseoir et en parler", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Bahram Ghassemi, dans un entretien accordé à l'AFP à Téhéran.

Ce projet d'attentat déjoué à Villepinte est un "complot conforme aux objectifs du régime américain et du régime sioniste et visant à saboter l'essor et l'amélioration des relations entre l'Iran et l'Europe", a indiqué Téhéran dans son communiqué.

Dans le même temps, le diplomate iranien, Assadollah Assadi, 46 ans, contact du couple, avait été interpellé en Allemagne.