Lundi, 15 Octobre, 2018

[Vidéo] Thierry Ardisson s'excuse pour ses propos sur Hapsatou Sy

Eric Zemmour en 2015 Eric Zemmour en 2015
Max Fresnel | 26 Septembre, 2018, 02:03

À en juger par le nombre de commentaires à propos de l'échange qui a eu lieu le 16 septembre entre Éric Zemmour et la chroniqueuse Hapsatou Sy sur le plateau des Terriens du dimanche, leur polémique a vraiment touché les Français.

Hapsatou Sy a également lancé une pétition pour "interdire l'incitation à la haine dans les médias et pour qu'Eric Zemmour ne soit plus invité dans les émissions télévisées".

Au tout début de ce nouveau numéro des "Terriens du dimanche", le présentateur et ses chroniqueurs ont chacun partagé leur sentiment personnel sur cette affaire, une semaine après les faits. Il avait en effet plaidé en faveur des prénoms calendaires, et avait sérieusement expliqué à la chroniqueuse Hapsatou Sy qu'elle ne devrait pas s'appeler ainsi. Je mettrais un petit bémol, malgré tout le respect que je vous dois Thierry. Je trouve que vous êtes allé un peu trop loin quand vous avez parlé des problèmes d'impôts d'Hapsatou. Le producteur Stéphane Simon et la chroniqueuse doivent se revoir dans les jours prochains pour parler de son avenir dans l'émission de Thierry Ardisson.

Pointé du doigt par Monia Kashmire dans l'émission de ce dimanche 23 septembre, Thierry Ardisson ne s'est pas montré davantage solidaire mais a dévoilé que ses propos avaient été mal interprétés: "Je me suis mal fait comprendre, je le regrette sincèrement". "Elle a un devoir de réserve, un contrat qui précise que tout ce qui se passe est confidentiel, elle a signé ce contrat, et elle se répand sur Twitter...", regrettait-il avant de balancer: "Comme elle a pas mal de problèmes d'argent, on lui a avancé six émissions". Des propos qui n'ont fait qu'attiser le courroux d'Hapsatou Sy qui, en réponse, avait diffusé les images coupées au montage sur son compte Instagram et sa chaîne YouTube. "C'est-à-dire que ça a été repris mais, moi, quand j'ai dit ça, c'était pour dire "mais on l'aime Hapsatou", la preuve".