Mercredi, 19 Septembre, 2018

Simple tourmente politique ou crise constitutionnelle — Tribune contre Trump

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 31 août 2018 Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 31 août 2018
Max Fresnel | 08 Septembre, 2018, 01:42

Mercredi, le célèbre quotidien new-yorkais a choisi de publier dans ses pages opinion une tribune intitulée: "Je fais partie de la résistance au sein de l'administration Trump", publication dans laquelle un membre de l'administration a raconté, sous couvert d'anonymat, comment lui et d'autres s'efforçaient de lutter de l'intérieur contre les "pires penchants" d'un président au leadership "mesquin", "impétueux" et "inefficace". Tant et si bien que la question de sa destitution est abordée ça et là dans la presse, par de nombreux adversaires politiques ou figures de la société civile.

Dans un étonnant ballet révélant le degré de tension régnant dans les hautes sphères du pouvoir américain, nombre de responsables de premier plan se sont aussi fendus d'un communiqué, assurant la main sur le cœur n'être en rien liés à cette affaire. "Près de 62 millions de personnes ont voté pour le président Donald J. Trump en 2016 (...)". C'est cet homme qui avait défendu Bill Clinton, lorsqu'il avait fait face au scandale Lewinsky en 1998. Seuls 36% des Américains approuvent son action à la tête de l'Etat. Une référence à "l'Etat profond" que Donald Trump dénonce régulièrement comme source de ses ennuis judiciaires et de son manque de reconnaissance dans les médias, accusant souvent les institutions de Washington et voulant les démanteler ("drain the swamp", "vider le marécage", est une de ses expressions fétiches).

Donald Trump, qui ne cesse de déplorer le déficit commercial des Etats-Unis avec ses partenaires commerciaux, a imposé des taxes douanières supplémentaires tous azimuts. Mais le président est désormais confronté à de nombreuses accusations provenant de son propre camp. Les canaux de communications qui s'en prennent à Trump s'élargiront avec la publication prochaine du livre de Bob Woodward journaliste américain d'investigation qui présente un portait moral très négatif du républicain. "C'est pour cela que nous encourageons les personnes raisonnables à rester auprès du président". Le ministre de la Défense le voit comme " un élève de CM2 ou 6ème", le secrétaire général de la Maison Blanche le qualifie " d'idiot" ... La Maison-Blanche n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire sur ce texte.

Le New York Times, journal fréquemment attaqué par Trump, a publié, ce matin, une tribune anonyme d'un haut responsable de la Maison Blanche. Les conseillers doivent toujours tenter de mesurer ses propos.

"Compte tenu de l'instabilité que beaucoup ont constatée, il y a eu initialement des murmures invoquant le 25ème Amendement, qui aurait amorcé un processus complexe pour destituer le président (par son cabinet, NDLR)". Et d'avertir, en guise de conclusion: "Aussi ferons-nous ce que nous pourrons pour orienter l'Administration dans la bonne direction jusqu'à que - d'une façon ou d'une autre - ce soit fini".