Lundi, 22 Octobre, 2018

Le rappeur Nick Conrad convoqué au tribunal — "Pendez les Blancs"

Nicole Belloubet Nicole Belloubet
Max Fresnel | 29 Septembre, 2018, 12:42

Posté le 17 septembre sur YouTube, un clip de rap de Nick Conrad intitulé "PLB" pour "Pendez les blancs" a suscité l'indignation de la classe politique ce mercredi 26 septembre. Sur Twitter, il avait déjà dénoncé des "propos abjects" et des "attaques ignominieuses". " Il appartiendra à l'autorité judiciaire de donner les suites appropriées à ces odieux appels à la haine ", conclut-il. "40 du code pénal pour incitation à la haine raciale", a annoncé dans la foulée Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT.

Sur YouTube, la vidéo a été retirée parce qu'elle " ne respectait pas le règlement concernant les contenus incitant à la haine ".

Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, a appelé à ce que le rappeur soit " poursuivi et très lourdement condamné ". Plusieurs représentants français de la droite et de l'extrême droite ont sauté sur l'occasion pour condamner les propos du rappeur et les images mises en ligne par ce dernier. Le clip démarre par une scène dans laquelle un Noir allume une cigarette devant un Blanc pendu au bout d'une corde. L'intéressé, qui se décrit comme un "artiste noir, parisien fier et raffiné" dans un entretien accordé à Aucoindela34eme en avril 2016, se défend toutefois d'avoir une dent contre les blancs. Et les paroles sont telles que: " Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs. Attrapez-les vite et pendez leurs parents.

" Pour moi, le choc était voulu, nécessaire, mais pas à un tel niveau".

"Dans mon clip qui n'est que de la fiction, j'ai voulu inverser les rôles de l'homme blanc et de l'homme noir et proposer une perception différente de l'esclavage", a-t-il argumenté.

Pour le rappeur, le public n'a pas compris le morceau: " C'est un miroir, une réponse aux injustices vécues par ma communauté depuis l'esclavage ". À la fin du clip, Nick Conrad mime une célèbre scène du film "American History X" en fracassant la mâchoire d'une personne sur un trottoir. "Les gens n'en retiennent que le négatif, ils surfent dessus", a affirmé le rappeur dont le clip a conduit à l'ouverture d'une enquête du parquet de Paris.