Vendredi, 16 Novembre, 2018

Le président philippin recadré par le président d'Israël

Le président philippin Rodrigo Duterte a entamé dimanche soir une visite historique en Israël qui illustre sa volonté de réduire sa dépendance militaire vis-à-vis de son allié traditionnel américain. AFP  MENAHEM KAHANA Après s'être comparé à Hitler, Duterte visite le Mémorial de la Shoah à Jérusalem
Manon Joubert | 06 Septembre, 2018, 09:55

Je vous ai pardonné, tout comme mes petites amies quand j'étais encore célibataire (.). Ainsi, près de quatre mois après son élection, Rodrigo Duterte n'avait pas hésité à comparer "le massacre de millions de juifs [par Adolf Hitler]" avec "les millions de drogués" aux Philippines qu'il serait également "heureux de massacrer".

Duterte réagissait alors aux critiques répétées des Etats-Unis envers sa guerre contre la drogue, qui a fait des milliers de morts et déclenché de multiples condamnations internationales.

Le président philippin Rodrigo Duterte qui s'était comparé à Hitler avant de présenter ses excuses visite lundi le mémorial de la Shoah à Jérusalem et rencontre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

" Je suis désolé d'avoir prononcé ces mots", a souligné le président philippin dimanche. "Que les esprits de tous les hommes et femmes apprennent à regarder ensemble pour offrir un paradis sûr à tous ceux qui ont été persécutés", a-t-il poursuivi. Je n'arrive pas à imaginer un pays obéissant à un fou. Lundi après-midi, il visite à Jérusalem le mémorial Yad Vashem dédié à l'Holocauste, après avoir été reçu par le Premier ministre Netanyahu, à la tête du gouvernement considéré comme le plus à droite de l'histoire d'Israël.

Manille est devenu en 2017 un important client d'Israël, achetant notamment pour 21 millions de dollars de systèmes radar et d'équipements antichars. "Tant qu'il y aura autant de belles femmes, il y aura aussi de nombreux cas de viols". Un sentiment partagé par le fondateur et rédacteur en chef du média en ligne Times of Israel qui déclare dans une longue tribune: "Cet homme n'a pas sa place ici". Ils y sont traités en " êtres humains", à la différence de certains autres pays, a dit Rodrigo Duterte.

"Bibi (le surnom de M. Netanyahu) est prêt à exonérer un dirigeant illégitime qui se targue de massacrer ses concitoyens et de violer les droits de l'Homme, et pour quelle raison? Parce que Duterte est prêt à soutenir l'occupation israélienne des Territoires palestiniens". Israël a bien noté que les Philippines figuraient parmi les pays qui s'étaient abstenus de voter en décembre une condamnation de l'Assemblée générale de l'ONU contre la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Duterte a offert à Netanyahu un portrait du leader israélien, qui a été aperçu appuyé contre un mur par un correspondant du quotidien en hébreu Yedioth Ahronoth.

Montrant sa volonté de passer sous silence les dérapages de Rodrigo Duterte, Benyamin Netanyahou a salué "le rôle exceptionnel" joué par les Philippines qui ont accueilli un millier de Juifs fuyant l'Holocauste. Nous partageons une même passion pour la paix, a soutenu M. Duterte en anglais, mais nous partageons aussi une même passion quand il s'agit d'empêcher que nos pays ne soient détruits par des gens à l'idéologie malfaisante qui ne connaissent que le meurtre et la destruction.