Mercredi, 14 Novembre, 2018

Le Canada retire la citoyenneté à Aung San Suu Kyi

Nguyen Huy Kham  Reuters Nguyen Huy Kham Reuters
Manon Joubert | 29 Septembre, 2018, 13:22

Mais devant le traitement réservé aux musulmans rohingyas dans l'État de Rakhine, au Myanmar, que plusieurs qualifient de nettoyage ethnique, les appels à la révocation de la citoyenneté d'honneur canadienne à la dirigeante du pays se sont multipliés dernièrement. Ce jeudi, le Parlement a approuvé le retrait de la nationalité canadienne à Aung San Suu Kyi. Cette nouvelle mesure sensée lui retirer la nationalité est selon les autorités canadiennes, une complication des procédures, mais qui devrait néanmoins aboutir.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, expliqua à la presse qu'il était ouvert à cette procédure, mais que, malheureusement, cela n'aurait aucun effet sur la crise actuelle des Rohingyas. "Aujourd'hui, la Chambre a adopté à l'unanimité une motion pour lui enlever ce statut", a dit Adam Austen, porte-parole de la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

La dirigeante birmane a eu le prix Nobel de la paix en 1991. Pourtant, actuellement, l'armée birmane commet des atrocités contre les Rohingyas, une petite communauté musulmane.

Les Rohingyas sont traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste.

Le Canada n'a accordé la citoyenneté honorifique qu'à cinq autres personnalités, parmi lesquelles Nelson Mandela, le Dalaï Lama ou encore Malala Yousafzai.