Mercredi, 14 Novembre, 2018

"Je suis terrifiée" : l’accusatrice du juge Kavanaugh livre sa version des faits

Le président américain Donald Trump à l'ONU à New York le 25 septembre 2018 Le président américain Donald Trump à l'ONU à New York le 25 septembre 20181/3
Manon Joubert | 28 Septembre, 2018, 01:20

Le juge Kavanaugh semblait il y a encore deux semaines en bonne voie d'obtenir le feu vert du Sénat pour faire son entrée au sein de la Cour suprême, chargée de vérifier la constitutionnalité des lois et d'arbitrer les questions de société les plus épineuses (droit à l'avortement, armes à feu, mariage homosexuel.).

Christine Blasey Ford a raconté en détail ce jeudi devant le Sénat à Washington l'agression sexuelle dont elle dit avoir été victime de la part de Brett Kavanaugh, candidat choisi par Donald Trump pour siéger à la Cour suprême.

Publié le 16 septembre, il a sonné comme un coup de tonnerre dans le processus de confirmation par le Sénat américain du juge conservateur.

Auditionné à son tour quelques heures plus tard, Brett Kavanaugh a juré de son innocence.

Rattrapé par sa jeunesse turbulente et des accusations d'abus sexuels alors qu'il était sur le point d'accéder à la Cour suprême des Etats-Unis, Brett Kavanaugh est un magistrat aux valeurs conservatrices solidement ancrées. " A jamais gravés dans mon esprit, les rires bruyants des deux, alors qu'ils s'amusaient à mes dépens (...) J'étais sous l'un d'entre eux alors que les deux riaient ".

" On ne réussira pas à m'intimider pour me faire retirer ma candidature", a-t-il martelé. "C'est ce qui a eu l'impact le plus durable sur ma vie". Le président Trump a fait savoir qu'il pourrait renoncer à son candidat et lui chercher un remplaçant si son accusatrice parvenait à le convaincre. - Vote dès vendredi - Depuis l'éclosion du mouvement #MeToo il y a un an, les Américains sont davantage attentifs à la manière dont sont traitées les victimes de violences sexuelles. L'audience a été retransmise en direct à la télévision et visionnée en direct par le président américain Donald Trump à bord de son avion Air Force One. "100%", a simplement répondu Christine Blasey Ford.

"Je ne suis pas ici aujourd'hui parce que je le veux".

"J'estime qu'il est de mon devoir civique de vous dire ce qui m'est arrivé lorsque Brett Kavanaugh et moi étions au lycée", a-t-elle dit en guise d'introduction. Elle a finalement révélé son identité après des fuites dans la presse.

Elle avait 15 ans et Kavanaugh 17 à l'époque des faits présumés qu'elle situe en 1982. Après l'avoir poussée sur un lit, le futur juge s'est jetée sur elle, tentant de la déshabiller tout en la touchant partout sur le corps. "Il avait du mal parce qu'il était tellement ivre".

Selon elle, Brett Kavanaugh et son ami Mark Judge, "totalement ivres", l'ont isolée dans une chambre alors qu'elle se rendait aux toilettes. "Je croyais qu'il allait me violer", a-t-elle confié au Sénat. "J'ai essayé de crier à l'aide".

Questionnée sur la possibilité qu'elle puisse se tromper d'agresseur, la professeure de l'université de Palo Alto en Californie, s'est dite "absolument" sûre qu'il s'agissait bien de Brett Kavanaugh. Les républicains, qui comptent uniquement des hommes au sein de la commission judiciaire, ont décidé de déléguer l'interrogatoire à une procureure spécialisée dans les affaires de violences sexuelles, Rachel Mitchell, venue de l'Arizona.

" Cirque", " disgrâce nationale ": le juge Kavanaugh n'a pas mâché ses mots, accusant les démocrates d'être prêts à tout pour saborder sa nomination à la Cour suprême.