Mercredi, 19 Septembre, 2018

Flessel, une démission liée à des ennuis fiscaux ?

Edition numérique des abonnés La ministre des sports Laura Flessel a démissionné
Manon Joubert | 05 Septembre, 2018, 01:13

Laura Flessel a jugé bon de faire simple et court pour expliquer les raisons de son départ du ministère des Sports, ce mardi 4 septembre, via un communiqué.

Laura Flessel annonce aussi sa décision de "poursuivre son action par d'autres voies" pour "retrouver des engagements passés, justement tournés vers l'humain, la solidarité et la coopération internationale". "Il est difficile de se convaincre d'arrêter, j'ai d'ailleurs mis du temps à l'accepter".

Mais Le Canard enchaîné et Mediapart ont une version plus embarrassante de cette histoire.

Avec Nicolas Hulot, Laura Flessel, âgée de 46 ans, était l'une des rares ministres connus des Français. La société, détenue à 87,5% par l'ex-escrimeuse et à 12,5% par son mari Denis Colovic, aurait omis de payer plusieurs dizaines de milliers d'euros d'impôt lors de ses trois dernières années d'exercice.

Edouard Philippe était en quête d'un nouveau ministre en charge de la transition écologique et solidaire après le départ de Nicolas Hulot.

10h56: Remaniement ministériel: La ministre des Sports Laura Flessel quitte le gouvernement, selon RTL.

10h40: Stéphane Travert s'est déclaré mardi "calme, déterminé et serein" à son poste de ministre de l'Agriculture, que certains écologistes souhaiteraient rattacher à l'Environnement à l'occasion du remaniement attendu, et a estimé que "l'Environnement ne peut pas être détaché de l'Economie".

Au sein du cabinet Flessel, peu étaient dans la confidence.

Richard Ferrand, qui avait démissionné en juin dernier de son poste de ministre de la Cohésion des territoires pour prendre la présidence de LREM à l'Assemblée nationale, est pressenti succéder à de Rugy. Mieux! Les Bleus ont remporté la Coupe du monde de football en Russie cet été.

L'ancienne championne d'escrime a annoncé la nouvelle dans un communiqué.

Née en Roumanie, engagée dans la politique à compter de 2010, en devenant élue conseillère régionale d'Ile-de-France en 2010 en tant que candidate apparentée au PS, elle franchit une étape supplémentaire avec cette nomination au gouvernement.