Vendredi, 16 Novembre, 2018

British Airways victime d'un vaste piratage informatique

British Airways lance une enquête après le piratage de 380.000 cartes de paiements en ligne British Airways dit faire face à un vol de données, 380.000 cartes de paiements concernées
Napoleon Lievremont | 08 Septembre, 2018, 02:08

Le 6 septembre, la compagnie aérienne a révélé qu'elle avait été victime d'un piratage informatique ayant eu lieu entre le 21 août et le 5 septembre. Entre le 21 août et le 5 septembre, en pleine période de vacances, des pirates ont exploité une faille de sécurité du système informatique de British Airways et se sont emparés des données de cartes bancaires de 380.000 clients qui avaient acheté en ligne des billets via le site ou l'application.

De nouveaux nuages sont venus assombrir, la semaine dernière, le ciel de British Airways. Numéro de cartes, date d'expiration et code sécurisé à trois chiffres ont pu être volés en plus des noms, prénoms et adresses mail des clients. Il pourrait s'agir de 380.000 cartes de paiement. "Nous conseillons à nos clients qui pensent avoir été affectés par l'incident de contacter leur banque ou l'émetteur de leur carte et de suivre leurs recommandations", ajoute le groupe dans un communiqué. British Airways met en cause " une activité criminelle " qui serait à l'origine de la faille, et précise que les données liées aux passeports des clients ne sont pas concernées. "Tout le monde attend davantage d'une entreprise qui se soucie vraiment de ses clients", souligne-t-elle.

En mai 2017, une panne informatique géante, provoquée par un problème d'alimentation électrique, avait également affecté la société, la forçant à annuler 726 vols, soit 28% de ses avions lors des trois jours d'un week-end prolongé.

Ce vendredi 7 septembre, Alex Cruz a déclaré à la radio BBC 4 que la compagnie allait indemniser les clients "pour tout dommage financier qu'ils ont pu subir ". Dénonçant une "attaque très sophistiquée, malveillante, criminelle [du] site Internet ", le directeur général a tenu à rassurer les utilisateurs en précisant que tout était revenu "à la normale " et que les réservations en ligne étaient de nouveau sécurisées.