Lundi, 22 Octobre, 2018

Amazon enquête sur des salariés qui auraient monnayé des données confidentielles

Des employés d'Amazon accepteraient des pots-de-vin de vendeurs en ligne pour supprimer des commentaires négatifs sur leurs produits Amazon enquête sur de possibles pots-de-vin échangés contre des avis négatifs effacés
Napoleon Lievremont | 18 Septembre, 2018, 14:49

Le Wall Street Journal a rapporté le 16 septembre 2018 que des commerçants corrompent des employés d'Amazon pour supprimer des avis négatifs sur leurs produits ou services et avoir accès aux informations personnelles des clients ainsi qu'aux données de vente de la plateforme pour devancer leurs concurrents.

Le fait de supprimer des critiques négatives des clients rapporterait à un employé la somme de 300 dollars. Si la Chine est surtout évoquée, une enquête ouverte par Amazon toucherait des salariés aux États-Unis.

Selon le journal, qui ne donne pas de chiffres, des salariés d'Amazon, généralement via des intermédiaires, vendent des données internes et autres informations confidentielles à des marchands qui commercialisent leurs produits sur le site du géant américain et souhaitent ainsi faire croître leurs ventes.

Amazon se serait sans doute bien passé de cette affaire. Les revendeurs véreux auraient payés plus de 2000 dollars afin d'obtenir des données sur les ventes internes du site ou encore pour obtenir les adresses e-mail de plusieurs clients. Interrogé par le Wall Street Journal, Amazon a livré peu d'informations complémentaires, s'étant contenté d'annoncer qu'un nouveau système "permettant d'analyser et de restreindre les contenus auxquels les employés peuvent accéder" a été mis en place.

L'enquête lancée par Amazon fait suite à la découverte d'une preuve interne en mai dernier, portée à la connaissance du vice-président des marketplaces d'Amazon à l'international, Eric Broussard.

"Selon le porte-paroles d'Amazon", nous imposons à nos employés des normes éthiques élevées et quiconque enfreint notre Code fait face à des mesures disciplinaires, notamment des licenciements et des sanctions légales et pénales potentielles.

" Nous avons une politique de tolérance zéro à propos de l'abus de nos systèmes, et si nous trouvons des acteurs malveillants qui ont adopté ce mauvais comportement, nous prendrons des mesures rapides contre eux, pouvant aller jusqu'à la suppression de leurs comptes de vendeurs et de leurs avis, la retenue de fonds et des actions en justice", a affirmé une porte-parole d'Amazon à CNN.