Mardi, 13 Novembre, 2018

26% des utilisateurs de Facebook ont supprimé l'appli de leur smartphone — USA

USA : un quart des utilisateurs de Facebook ont supprimé l'application en 12 mois, tandis que 74 % ont changé leur relation avec le réseau social Aux État-Unis, près de la moitié des jeunes supprime l’application Facebook
Charles Cochet | 10 Septembre, 2018, 02:09

Le sondage, mené du 29 mai au 11 juin 2018 auprès de 4594 Américains, reflète parfaitement la méfiance des utilisateurs auprès du groupe californien.

La méthodologie de l'étude ne permet pas de savoir avec certitude si la suppression de l'application Facebook est directement liée au scandale Cambridge Analytica ou si elle s'inscrit dans un mouvement plus général d'essoufflement du réseau social aux Etats-Unis, où, malgré ses 164 millions de membres, il est de plus en plus concurrencé par Instagram (110 millions selon Statista) - qui appartient à Facebook. 74 % des de la cible du sondage ont réalisé au moins lune de ces actions en signe de recherche de protection de leurs données personnelles suite au scandale Cambridge Analytica et aux nombreuses révélations de contrats de partage de données faites par Facebook. Quand 42 % ont pris leur distance avec le réseau social, alors que 54 % ont préféré ajuster leurs paramètres de sécurité. Difficile de sauter le pas face à l'omniprésence du réseau social et à l'utilisation de ses services au quotidien.

En ce qui concerne la décision de modification des paramètres, cest sans surprise que la proportion des jeunes layant faite est environ le double (64%) de la proportion des personnes âgées (33 %) qui ont reconfiguré leur paramètres de confidentialité, à cause de laptitude des premiers à pouvoir le faire facilement et régulièrement et de leur effectif plus élevé sur le réseau social. Ce sont les plus jeunes qui ont agi le plus sévèrement à l'encontre de Facebook.

Pew remarque que, selon les mesures choisies, des différences d'âge se dégagent chez les utilisateurs.

Williamson est un bon point, qui est que Facebook les utilisateurs sont à réévaluer leur relation avec la plate-forme, et pas seulement pour des raisons de confidentialité, mais pour des raisons de bien-être personnel. Près de quatre fois plus que chez les plus de 65 ans (12 %).

Dernier enseignement précieux, l'attitude des utilisateurs est encore plus sévère lorsqu'ils prennent conscience des informations que détient Facebook à leurs propos.