Mardi, 14 Août, 2018

Son tweet à six milliards pourrait lui coûter cher

La mise à jour du logiciel Tesla comportera des jeux Atari Automobile : l'action de Tesla suspendue après un tweet d'Elon Musk évoquant une sortie de Bourse
Napoleon Lievremont | 10 Août, 2018, 02:41

Habitué des déclarations chocs, Elon Musk n'en est donc pas à son premier coup d'essai, et ce, même dans un pays où la communication financière et économique est calculée.

Dernier rebondissement dans la saga Tesla, Elon Musk a fait part mardi de son intention de retirer le constructeur automobile de la Bourse. "Financement assuré", affichait à la mi-séance de Wall Street le compte Twitter certifié du PDG de Tesla. "Il doit s'en référer au conseil d'administration, qui doit former un comité indépendant, qui engagera ses propres conseillers juridiques et bancaires afin de déterminer un prix leur semblant juste et le négocier", a-t-il expliqué. Cela permettrait à Elon Musk de ne plus subir les conditions à court terme dictées par le marché.

A 71 milliards, ce serait la plus grosse opération de retrait de la cote, ce qui pose la question du financement.

Le carnage infligé aux vendeurs à découvert repose en fait sur une affirmation: Elon Musk prétend avoir sécurisé la somme permettant de racheter les titres en circulation. Une fois la cotation relancée, quelque peu avant la clôture de la Bourse, l'action a bondi de 11 %.

Elon Musk trouvera-il les fond?

Néanmoins, si Tesla sort de la bourse, cela ne signifie pas qu'il n'y retournera plus jamais.

Cette ambivalence de l'annonce pourrait potentiellement se retourner contre lui, de l'avis de plusieurs juristes interrogés par Reuters, dans la mesure où les termes "funding secured" du tweet n'ont été accompagnés d'aucune confirmation du fait et pourraient être considérés comme de l'information mensongère si le financement en question était toujours en discussion au moment de la diffusion du message. D'autre part, le patron de Tesla assure qu'il n'a pas l'intention de fusionner Tesla et Space X.

"Pour moi il est inimaginable que quelqu'un finance le rachat d'une entreprise aussi endettée et qui perd autant d'argent alors qu'elle a d'énormes besoins d'investissements", tranche Mark Spiegel, gérant du fonds spéculatif Stanphyl Capital Partners, qui a une position vendeuse sur Tesla et s'en est parfois pris à Musk sur Twitter. "Le fais déjà avec Fidelity Investment pour SpaceX", la société aérospatiale dont il est également le PDG fondateur. Reste à savoir si elle obtiendra un avis favorable des actionnaires.