Mercredi, 17 Octobre, 2018

Quatre morts dans une fusillade — France/Monde | Canada

Capture d’écran Capture d’écran
Napoleon Lievremont | 11 Août, 2018, 03:07

D'après un reporter de la chaîne publique CBC, un témoin a rapporté avoir vu un homme armé d'un fusil ouvrant le feu dans la cour d'un immeuble depuis une fenêtre. Elle est survenue en début de matinée, vers 7h du matin, selon plusieurs témoins. Des policiers, des pompiers et des ambulanciers sont déployés dans le secteur, selon Radio Canada qui parle d'eventuels policiers parmi les victimes.

Quatre personnes, dont deux policiers, ont été tuées vendredi lors d'une fusillade dans un quartier résidentiel de la ville canadienne de Fredericton, et un suspect a été interpellé. Aucune victime n'a encore été identifiée.

L'hôpital régional Dr. Everett Chalmers confirme qu'il traite plusieurs personnes impliquées dans le drame, alors que le nombre de blessés reste à préciser.

À 8h45, la police de Fredericton a annoncé dans un tweet qu'un suspect avait été arrêté, alors que la zone de la fusillade était toujours barricadée, par mesure de sécurité.

Des policiers se sont rassemblés devant l'établissement en après-midi, se consolant les uns les autres pendant la mise en berne de ses drapeaux canadien et néo-brunswickois.

"Les policiers étaient là tantôt et ils voulaient que je parte, mais j'ai dit que je ne pouvais pas laisser mon chien derrière, a-t-elle confié".

Le bouclage du quartier a été levé peu avant 10h30. "De nombreux parents ont appelé, ils avaient très peur, on les a rassurés".

Appuyés de la Gendarmerie royale du Canada, les policiers locaux demandent l'aide du public pour reconstituer le fil des événements.

La police de Fredericton a prévu de donner une conférence de presse à 15h30 locales (18h30 GMT).

La petite province du Nouveau-Brunswick, dans le sud-est du pays, avait déjà connu une fusillade meurtrière en juin 2014. Trois policiers de la GRC avaient été abattus en pleine rue à Moncton, principale ville du Nouveau-Brunswick.

L'assassin a été condamné à 75 ans de prison, la plus dure sentence imposée à une personne reconnue coupable dans les annales récentes au Canada.

Cette succession de fusillades risque de relancer le débat sur le contrôle des armes à feu au Canada.