Lundi, 15 Octobre, 2018

Algérie: les cas de choléra sont "isolés" et la situation est "maîtrisée"

Marie-Paule Arceneaux | 25 Août, 2018, 04:06

Le Ministère de la Santé vient de confirmer l'existence d'une quarantaine de cas de choléra et 88 cas suspects dans quatre wilayas du pays. Il a été enregistré depuis le 7 août, un décès et des dizaines de cas sous traitement.

"Toutes les mesures nécessaires concernant les 35 cas d'atteinte de gastro-entérite enregistrés dans un cercle familial au niveau de certaines régions relevant de la wilaya de Blida et de Bouira ont été prises afin d'endiguer la maladie".

"Le ministère de la santé s'est également voulu rassurant par rapport à la propagation de cette maladie potentiellement mortelle".

Il a aussi appelé les citoyens à ne pas consommer de l'eau de sources inconnues, à bien désinfecter les récipients et ustensiles de cuisine, à bien laver les légumes à l'eau de javel et à éliminer les déchets domestiques et les eaux usées d'une manière hygiénique.

La reconnaissance est venue de la bouche du directeur de la prévention zu ministère de la Santé, Djamel Fourar, lors d'une conférence de presse organisée ce matin à l'Institut national de santé publique.

La piste de la contamination par voie hydrique qui est largement développée sur les réseaux sociaux et les campagnes d'alerte sont officiellement réfutées.

Onze cas ont été confirmés à Tipaza (70 km à l'ouest d'Alger), cinq à Alger et trois à Aïn Bessam, dans la wilaya de Bouira, à une centaine de km au Sud-Est de la capitale.

En revanche, sur les 88 cas suspectés, on a dénombré 41 cas de choléra confirmé à 100 %.

Le directeur de la santé de la wilaya de Blida, Ahmed Djemai, a annoncé que 12 cas sur 74 ont quitté l'hôpital de Boufarik, ajoutant que l'état de santé des autres malades "s'améliore progressivement" et ils devront quitter l'hôpital dans les prochains jours. D'autre part, le ministère exclut une contamination par l'eau et privilégie la piste des fruits et légumes. Il peut entraîner une déshydratation sévère et la mort en l'absence de traitement.