Jeudi, 20 Septembre, 2018

Un sauveteur meurt dans la grotte où des enfants thaïlandais sont coincés

Opérations de sauvetage marquantes  AFP Opérations de sauvetage marquantes AFP
Manon Joubert | 06 Juillet, 2018, 16:14

La mort du secouriste soulève maintes questions sur la faisabilité d'une extraction sans risque du groupe des entrailles gorgées d'eau de la grotte de Tham Luang où il est bloqué depuis le 23 juin.

Jusqu'à présent, les secours pensaient que si un sauvetage s'avérait impossible dans l'immédiat, les enfants et leur entraîneur, surveillés par des médecins et nourris, pourraient rester plusieurs semaines, voire plusieurs mois, dans la cavité. Et pour la première fois, les sauveteurs ont évoqué vendredi disposer désormais d'un "temps limité" pour les sortir.

Cet ancien membre des commandos de marine thaïlandais "a perdu conscience sur le chemin du retour, son compagnon de plongée a essayé de l'aider et de le ramener", a précisé le chef des commandos de marine, Apakorn Yookongkaew. "Nous avons mené une course contre la montre, maintenant nous sommes engagés dans une course contre l'eau", a déclaré Narongsak Osotthakorn, chef de la cellule de crise.

"Même si nous avons perdu un homme, nous continuons à avoir foi dans notre mission", a poursuivi le commandant Apakorn Yookongkaew, la voix tremblante.
Alors que 12 enfants et leur entraîneur sont prisonniers d'une grotte inondée en Thaïlande, un sauveteur est mort vendredi et le temps pourrait désormais manquer pour leur venir en aide.

Aujourd'hui, il faut environ onze heures pour effectuer l'aller-retour, à savoir six heures pour l'aller et cinq heures pour le retour, grâce au courant qui permet aux plongeurs d'avancer un peu plus vite.

Le parcours de retour est long de plusieurs kilomètres dans des boyaux accidentés, avec de difficiles passages sous l'eau.

C'est déjà à cause des pluies de mousson que les enfants se sont retrouvés piégés après avoir décidé, pour une raison encore non élucidée, de se rendre dans la grotte après leur entraînement de foot, avec leur jeune coach de 25 ans.

Pour y parvenir, les équipes de secours ont mis en place un système de pompage, réalisé avec des ingénieurs japonais, qui a déjà sorti de cette grotte l'équivalent de plus de 50 piscines olympiques.

En parallèle, les sauveteurs sont toujours à la recherche d'une voie d'entrée depuis le sommet de la montagne qui soit connectée ou facilement connectable via un forage, avec la partie de la grotte où sont les enfants. Vendredi, ils devaient passer ces voies supérieures au détecteur de mouvement, pour tenter d'établir la localisation exacte des enfants sous terre, mais le temps semble jouer contre ce scénario.