Dimanche, 22 Juillet, 2018

Un couple belge fomentait un attentat en France

A police car is parked in front of the Belgian Federal Parliament building in Brussels Un projet d'attentat en France déjoué par la police belge un couple d'Iraniens arrêté AFP 2018 LAURIE DIEFFEMBACQ BELGA
Manon Joubert | 04 Juillet, 2018, 07:44

Deux personnalités proches du président américain Donald Trump, l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich et l'ancien maire de New York Rudy Giuliani, y ont pris part.

Amir S.et son épouse Nasimeh N., ont été interpellés samedi dans une commune de Bruxelles en possession d'explosifs. Lors de la fouille du véhicule, les autorités ont retrouvé environ 500 grammes de TATP, un explosif prisé des terroristes, qui l'ont rebaptisé "Mother of Santa", ainsi qu'un mécanisme de mise à feu. Ce lundi, deux Belges d'origine iranienne ont été mis en examen pour " tentative d'attentat terroriste ". Côté français, trois suspects ont d'abord été placés en garde à vue samedi.

L'enquête a conduit au placement en garde vue de trois personnes en France -deux d'entre elles ont été remises en liberté lundi, selon une source judiciaire française- et à l'interpellation en Allemagne d'un diplomate iranien basé en Autriche, contact du couple, a annoncé le parquet belge. Rien ne peut actuellement être communiqué quant aux résultats de ces perquisitions.

"Une fois de plus la bonne collaboration entre pays partenaires européens porte ses fruits", a ajouté le chef du gouvernement belge.

"Après l'annonce de cet attentat déjoué, le Conseil national de la résistance iranienne - une entité proche des Moudjahidine du peuple - a accusé Téhéran d'être à l'origine du projet".

"L'Iran condamne sans équivoque toute forme de violence et de terrorisme", a assuré le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, après l'attentat déjoué de Villepinte. Il précise que "l'OCAM maintient le niveau de la menace pour notre pays".

A ce stade de l'enquête, il n'y a eu à aucun moment une menace directe contre la Belgique, souligne le parquet fédéral. "Le complot de la dictature terroriste au pouvoir en Iran pour commettre un attentat [.] contre le grand rassemblement de la Résistance iranienne à Villepinte a été déjoué", selon un communiqué transmis à l'AFP, qui appelle également à la "fermeture" des représentations diplomatiques iraniennes en Europe, "centres d'espionnage" et "foyers pour des préparatifs terroristes". Ils ont été inculpés de tentative d'assassinat terroriste et de préparation d'une infraction terroriste.