Dimanche, 23 Septembre, 2018

Tesla augmente ses prix en Chine-presse, Actualité des sociétés

Un modèle Tesla exposé dans un showroom à Pekin le 4 juillet 2018Plus Un modèle Tesla exposé dans un showroom à Pekin le 4 juillet 2018Plus
Napoleon Lievremont | 13 Juillet, 2018, 07:40

Cela fait plusieurs mois que Musk évoque l'idée d'une usine en Chine, une volonté qui semblait alors difficile à concrétiser. Il précise que le premier véhicule assemblé dans cette usine pourrait sortir des lignes de production d'ici à deux ans, et que la capacité de production de 500 000 véhicules/an ne sera vraisemblablement atteinte que d'ici quatre à cinq ans.

Elon Musk et Ying Yong, maire de Shanghai.

Le site d'information Knews, affilié au groupe public Shanghai Media Group, avait rapporté plus tôt que le constructeur américain de voitures électriques avait signé avec la municipalité de Shanghaï, l'administration chargée du développement de la ville nouvelle de Lingang, proche du port de Yangshan et où sera basée le nouveau site, et Lingang Group. Une fois en service, le site montera progressivement en puissance pour atteindre une capacité de production de 500.000 véhicules par an. 7 million. Actuellement, Tesla possède 3 % du marché dans le créneau en Chine, alors on comprend pourquoi la compagnie tient à bien se positionner dans ce marché lucratif. L'accord aurait été conclu plus tard dans l'année, mais l'insistance du gouvernement chinois pour que les constructeurs automobiles étrangers s'associent à des entreprises locales afin de fabriquer des voitures à l'intérieur du pays aurait bloqué l'accord. Elon Musk évoquait trois années de travaux.

Alors qu'il vient d'ouvrir les commandes du Model 3 à l'ensemble du territoire nord-américain, le constructeur Tesla - qui ne propose en revanche toujours pas la version à 35 000 $ de sa berline électrique - vient de signer avec les autorités chinoises la mise sur pied d'une usine à Shanghai. Tesla a d'ailleurs déjà fait savoir qu'elle compte également construire une usine en Europe. Les autorités ont en effet décidé d'accroître les taxes d'importations de 40%, en réponse à la politique protectionniste menée par le président Donald Trump.