Jeudi, 20 Septembre, 2018

Macron dénonce "la lâcheté de voyous" après l'agression d'un couple de policiers

Policiers tabassés en Seine-et Marne: Macron dénonce l'ignominie et la lâchet Emmanuel Macron a dénoncé sur Twitter l'agression de deux policiers à Othis
Max Fresnel | 06 Juillet, 2018, 16:09

Mercredi vers 21H00, le couple de policiers -une brigadière en poste à Aulnay-sous-Bois et son compagnon, également policier en Seine-Saint-Denis- sortaient de chez des amis, à Othis (Seine-et-Marne), chez qui ils avaient dîné à leur retour de vacances, selon une source syndicale. Ce dernier a été interpellé en Seine-et-Marne et placé en garde à vue. L'interpellation a eu lieu près du lieu de l'agression.

Alors qu'ils installaient leur petite fille dans la voiture, deux hommes à bord d'un véhicule les ont interpellés.

"Ils les ont croisés par hasard et ils ont reconnu la policière qui les avait contrôlés à Aulnay-sous-Bois", a affirmé cette même source, alors que certaines sources évoquaient un possible guet-apens préparé et prémédité.

Emmanuel Macron a condamné ce jeudi l'agression survenue mercredi soir contre deux policiers.

Une enquête pour violences volontaires a été ouverte par le parquet de Meaux et confiée à la DRPJ Versailles et à la PJ de Meaux.

Les deux policiers, qui étaient hors service (donc sans uniforme), ont été agressés sous les yeux de leur enfant: selon une source policière, la femme a reçu un coup de poing au visage et son conjoint a reçu plusieurs coups de pieds. "Ils seront retrouvés et punis", a réagi le président de la République sur Twitter, juste après la médiatisation de l'affaire en fin de journée le 5 juillet. La policière s'est vu prescrire quatre jours d'interruption totale de travail, son compagnon quinze.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, s'était ensuite lui aussi rapidement indigné d'une "lâche agression" et d'un "acte ignoble qui ne restera pas impuni".

Les deux hommes, reconnus par la femme, ont été identifiés, avait précisé la source policière le 5 juillet. "Tout mon soutien pour ces policiers et leur famille", a-t-il déclaré. "Qu'avez-vous fait pour protéger nos policiers?", a accusé Éric Ciotti. "Il est urgent d'agir", a-t-elle tweeté. "On s'attaque encore une fois à des policiers de manière préméditée et ciblée", a dénoncé Grégory Goupil du Syndicat Alliance Police 93, qui demande "des peines exemplaires".