Jeudi, 15 Novembre, 2018

L'Etat résilie la concession de Vinci pour l'aéroport de Nantes

Après l'abandon de Notre-Dame-des-Landes le contrat de concession de l'aéroport de Nantes avec Vinci résili LOIC VENANCE AFP
Napoleon Lievremont | 01 Juillet, 2018, 05:21

L'aéroport le plus dynamique de France en terme de croissance de trafic quittera -momentanément?- le giron de Vinci.

Le contrat de concession de l'aéroport de Nantes conclu entre l'Etat et Vinci va être résilié, le gouvernement a confirmé mardi soir l'information publiée quelques heures plus tôt par le journal Le Télégramme, ce contrat avait été signé en 2010 pour une durée de 55 ans, il prévoyait la concession de Nantes Atlantique et à terme celle du nouvel aérogare de Notre-Dame-des-Landes.

Vinci a demandé au gouvernement d'y introduire un avenant mais le gouvernement a préféré saisir le Conseil d'Etat avant de s'engager.

L'Etat lancera un appel d'offres pour un nouveau contrat de concession et d'exploitation de l'aéroport nantais, avec pour objectif que les travaux de réaménagement démarrent début 2021.

Le gouvernement avait annoncé mi-janvier l'abandon du projet de transfert de l'aéroport Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes, préconisant à la place d'adapter à l'évolution du trafic les aéroports existants de Nantes, Rennes et Brest.

Les discussions se poursuivent avec le groupe français sur les conséquences financières de l'abandon du projet de Notre-Dame-des Landes et de cette résiliation, a indiqué le ministère dans un communiqué. Mais ce dernier doit renoncer à l'aéroport de Nantes-Atlantique.

Cela signifie que le futur concessionnaire n'aura pas le temps de réaliser les extensions pour faire face à une croissance record et qu'une partie du trafic va se reporter sur Orly et Bordeaux notamment.
L'État a "reculé précipitamment en cédant au chantage des zadistes, sans prévoir aucune solution alternative ", a-t-il ajouté dans un communiqué publié sur Twitter.

Ces chiffres reposaient sur l'analyse de documents financiers transmis par les administrations de l'État et par les collectivités territoriales partenaires du projet, dans le cadre d'un contrôle parlementaire.