Dimanche, 22 Juillet, 2018

La Chine réplique et saisit l'OMC — Taxes américaines

Donald Trump le 3 juillet 2018 à White Sulphur Springs en Virginie occidentale  AFP Donald Trump le 3 juillet 2018 à White Sulphur Springs en Virginie occidentale AFP
Napoleon Lievremont | 09 Juillet, 2018, 11:01

"La Chine avait promis " de ne pas tirer la première " mais avait prévenu: " pour défendre les intérêts fondamentaux du pays et de sa population ", elle sera contrainte de riposter.

En réponse, "la Chine a déposé une nouvelle plainte à l'OMC. à propos des droits de douane formellement appliqués par les Etats-Unis", a indiqué Chine Nouvelle, citant un communiqué du ministère du Commerce.

Les tarifs douaniers américains de 25% sur 34 milliards d'importations chinoises, qui frapperont 818 produits dont des voitures, des composants d'avions ou de disques durs d'ordinateurs tout en épargnant des biens populaires comme les téléphones portables ou les télévisions, seront effectifs jeudi à minuit. Le second lot de 16 milliards d'importations chinoises fait pour l'heure l'objet d'un examen supplémentaire de la part du représentant au Commerce (USTR) Robert Lighthizer.

Pékin a promis de répondre immédiatement en taxant un montant égal de produits américains entrant en Chine. Ils affecteront des produits agricoles dont le soja, très dépendant du marché chinois, le secteur automobile ou encore des produits de la mer comme les langoustes.

Paradoxalement, ce sont ces mêmes tensions commerciales qui ont fait tomber le déficit commercial des Etats-Unis en mai à 43,1 milliards, son plus bas niveau depuis octobre 2016.

Un conseiller d'un autre élu, qui s'est également rendu en Chine, a de son côté reçu 10.000 euros pour fournir des informations, ajoute le Süddeutsche Zeitung.

Depuis des mois, la perspective d'une guerre commerciale fait redouter un coup d'arrêt des échanges de marchandises à travers la planète, actuels moteurs de la croissance mondiale. "Nous avons déclaré à plusieurs reprises que personne ne sort gagnant d'une guerre commerciale", a souligné M. Lu. Pour autant, ils se disent solidaires des autorités.

Cette confrontation avec Pékin est loin d'être isolée. Depuis le début de l'année, Donald Trump a multiplié les mesures protectionnistes à l'encontre de ses partenaires commerciaux et ses alliés, suscitant exaspération et inquiétude.

Les taxes appliquées sur l'acier européen au nom d'un protectionnisme banni dans le nouvel environnement économique imposé par la mondialisation, Washington s'est mis en porte-à-faux des sacrosaintes règles de l'OMC. La majorité des experts mettent en garde contre les dommages potentiels d'une telle politique commerciale, non seulement sur l'économie américaine, mais aussi sur l'économie mondiale.

Selon une enquête auprès des PDG de 200 grandes entreprises américaines, 90% d'entre eux s'inquiètent de la hausse des coûts entraînée par les frictions commerciales, et 95% d'entre eux considèrent la chute potentielle des exportations résultant d'une représaille étrangère comme un risque modéré ou significatif. L'avionneur québécois pourrait alors obtenir une plus grande part du marché chinois.

Ces mises en garde laissent pourtant de marbre le président américain, qui a une nouvelle fois balayé les arguments dans un tweet. " L'économie se porte probablement bien mieux que par le passé, avant que nous réglions le problème des accords commerciaux inéquitables passés avec chaque pays (...)".