Jeudi, 20 Septembre, 2018

L’équipe nationale de rugby du Zimbabwe dort dans les rues de Tunis

Rubgy: Faute de logement décent, le XV du Zimbabwe obligé de dormir dehors en Tunisie La Fédération tunisienne de rugby donne sa version des faits
Mickael LaFromboise | 06 Juillet, 2018, 14:58

Le troisième ligne Takudzwa Mandiwanza a confié au site sport24.co.za que les joueurs n'avaient pas reçu leurs indemnités journalières après le déplacement au Kenya quelques jours plus tôt.

" C'est frustrant et écœurant " a-t-il conclu. "Qu'en pense le ministre tunisien des Sports?"

La Fédération tunisienne de rugby a tenu à apporter des précisions sur les événements qui ont conduit la délégation Zimbabwéenne à passer la nuit dans la rue.

Le Zimbabwe se trouve depuis le début des années 2000 dans une situation économique et financière catastrophique. Quelque chose s'est mal passé et je suis désolé, mais cela a été corrigé ce matin en consultation avec l'équipe de direction des Sables, a-t-il déclaré. Je peux vous assurer qu'il n'y avait absolument aucune intention de déstabiliser nos adversaires et nous ferons tous les efforts possibles pour nous assurer qu'ils ont une bonne préparation avant le match de samedi. "Notre équipe nationale de rugby est traitée de la façon la plus épouvantable en Tunisie".

Partis sans leurs passeports, qui leur seront remis plus tard, et après "un déjeuner offert par la Fédération Tunisienne [et] transfert en bus climatisé", les joueurs du Zimbabwe sont arrivés à l'hôtel à 20h. "La Fédération tunisienne a notre confiance, ils sont des partenaires de longue date, accueillant plusieurs matches et tournois en notre nom chaque année, je sais que l'hospitalité est importante pour eux et ils ont pris cette question très au sérieux et la rectifient". Le bien-être des joueurs est au cœur de nos préoccupations, alors nous ne prenons pas cela à la légère.

En attendant, le délégué tunisien de Rugby Afrique a assumé la responsabilité de la situation imposée aux joueurs zimbabwéens et leur a présenté ses excuses, non sans considérer cette désastreuse situation comme un mauvais souvenir.

La Fédération indique que "vers le coup de 23H00, le team manager Zimbabwéen a émis des réserves quant à l'état de la salle de bain de l'une des chambres, à l'absence d'une piscine et à la faiblesse du débit internet. Ainsi, il a commencé à parler de quitter l'hôtel sous prétexte qu'il n'est pas décent", indique le communiqué. Leurs photos couchés en ronds d'oignon sur le trottoir ont fait le tour du web et suscité l'indignation générale.