Mercredi, 24 Octobre, 2018

Un nouveau scandale pour Facebook — Données personnelles

Facebook a transmis les données personnelles de ses utilisateurs aux fabricants de téléphones et de tablettes Facebook a transmis les données personnelles de ses utilisateurs aux fabricants de téléphones et de tablettes. Image Regis Duvignau Reuters
Charles Cochet | 05 Juin, 2018, 01:25

Car Facebook a autorisé ces entreprises à accéder aux données de ses utilisateurs et de leurs amis sans que ces derniers aient exprimé leur consentement. Ces révélations relancent les inquiétudes sur la protection des données personnelles. "Mais le problème réside dans le fait que plus de données sont collectées sur l'appareil, plus sérieux sont les risques pour la sécurité et la confidentialité si d'autres applications ont accès à ces données", a déclaré au média Serge Egelman, chercheur en matière de confidentialité à l'Université de Californie, à Berkeley.

Depuis le mois d'avril, suite au scandale Cambridge Analytica, Facebook a commencé à fermer ce robinet à données dont l'ampleur était méconnue jusqu'à cet article.

Dans un communiqué, Facebook rappelle qu'avant la création d'une application standardisée, une soixantaine de fabricants de téléphones comme Amazon, Apple, Blackberry, HTC, Microsoft et Samsung ont collaboré avec le réseau social pour adapter une interface de la plateforme sur leurs appareils. Cependant, le géant américain assure que les informations personnelles des amis d'utilisateurs n'ont pas été partagées sans permission. Parmi les données accessibles figurent les statuts des relations (en couple, célibataire.), les opinions politiques, les croyances religieuses ou encore, les événements auxquels les utilisateurs prévoient de se rendre. Le réseau social se dit en désaccord avec les informations du New York Times. En se connectant à Facebook avec un téléphone de la marque BlackBerry, il s'est rendu compte que l'application Hub de BB10 avait récupéré cinquante types de données pour 556 de ses amis et pas moins de 294.258 de leurs propres amis. Ces accords visaient à permettre aux fabricants d'offrir à leurs clients des fonctionnalités de Facebook telles que la messagerie ou les contacts. Et surtout, contrairement à ce qu'a écrit le New York Times, les données des amis des utilisateurs n'étaient stockées que sur les appareils. "Il est choquant de constater que cette pratique peut encore se poursuivre six ans plus tard, d'autant que cela contredit le témoignage de Facebook au Congrès", explique-t-il.

" Des entreprises comme Facebook, Google, Twitter et YouTube devaient travailler directement avec les éditeurs de systèmes d'exploitation et les constructeurs pour mettre leurs services entre les mains de leurs utilisateurs", se dédouane Facebook.