Samedi, 23 Juin, 2018

Trump-Kim Jong: La poignée de main qui va sauver le monde…

Donald Trump Kim Jong-Un Crédits: Dan Scavino Jr
Max Fresnel | 13 Juin, 2018, 01:47

Devant une série de drapeaux américains et nord-coréens en alternance, les deux hommes ont réalisé une ferme poignée de main pour les photographes avant une rencontre qui pourrait être déterminante pour une voie vers une paix historique ou pour un accroissement de la menace nucléaire.

Pour convaincre la Corée du Nord d'y renoncer alors que le régime Kim y a toujours vu une forme d'assurance-vie, le président Trump s'est formellement et personnellement engagé dans le document conjoint à apporter des "garanties de sécurité".

Je pense qu'il va engager le processus tout de suite, dès qu'il va atterrir en Corée du Nord.

Quelques mois après avoir échangé insultes et menaces de guerre après de nouveaux essais nucléaires et balistiques de Pyongyang, le président américain et le dirigeant nord-coréen se sont livrés à une offensive de charme dès le début de cette rencontre inédite dans l'histoire des relations entre les deux pays.

Selon le Président américain, le dirigeant nord-coréen lui inspire de la confiance, mais les choses pourraient changer, et rien ne semble être garanti quant à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Il était entouré de gardes du corps tous vêtus de costumes noirs identiques, courant autour du véhicule alors qu'il gagnait l'hôtel Saint Régis où Kim Jong-un séjournait durant le sommet.

AmsterdamPrinting
AmsterdamPrinting

"Nous nous rencontrerons de nouveau", a lancé Donald Trump qui s'est dit prêt à se rendre, "le moment venu", à Pyongyang, et à inviter l'héritier de la dynastie des Kim à la Maison Blanche. Hautement symbolique, cette rencontre semblait pourtant inimaginable après des décennies de tensions. Donald Trump devrait s'entretenir avec la presse ultérieurement.

Entre l'imitateur de Kim Jong-un, Howard X, qui a lui aussi fait le déplacement à Singapour, et la balade nocturne impromptue du leader nord-coréen, lundi soir, dans des lieux touristiques de Singapour, le côté "off" du sommet s'est invité dans l'actualité, en l'absence d'informations tangibles sur les discussions.

Le président américain a quitté Singagour en fin d'après-midi, avant Kim Jong Un qui devait pour sa part quitter ce pays dans la soirée. "En plus, il a montré vis-à-vis de son peuple qu'il était capable de le défendre des États-Unis dans un premier temps".

Mike Pompeo a réitéré la position de Donald Trump, à savoir que les sanctions demeureront en vigueur tant que la Corée du Nord ne sera pas dénucléarisée. La teneur du document commun qui a été signé par les chefs d'Etat n'a pas été révélée.

Les deux hommes se sont entretenus pendant près de quatre heures: ils ont d'abord eu un tête-à-tête d'environ 45 minutes avant de se réunir pour une réunion de travail plus formelle, puis un déjeuner. Et elle ouvre une nouvelle période de négociation dont l'objectif, désormais gravé dans le marbre, est de parvenir à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. On sait déjà que les Etats-Unis ont renoncé à leur requête de "dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible" pour un engagement plus vague. Pyongyang s'y est déclaré favorable (sans quoi ce sommet n'aurait jamais eu lieu) sans en préciser les formalités.