Lundi, 16 Juillet, 2018

Réhabilitation du professeur Joyeux : le coup de gueule de Michel Cymes

Henri Joyeux le docteur anti-vaccin n'est finalement pas radié de l'Ordre des Médecins Henri Joyeux le docteur anti-vaccin n'est finalement pas radié de l'Ordre des MédecinsPlus
Max Fresnel | 29 Juin, 2018, 12:25

Et en appel, la chambre disciplinaire vient de réhabiliter de professeur Joyeux.

La chambre disciplinaire nationale de l'Ordre des médecins, indépendante du Conseil national de l'Ordre, a estimé que la radiation prononcée en première instance n'était "pas suffisamment motivée".

"Ainsi, donc Henri Joyeux pourra continuer son œuvre destructrice", a-t-il déclaré mercredi 27 juin, avant d'adresser un "carton rouge" à Henri Joyeux, chirurgien de 73 ans, à la retraite depuis 2014.

Selon elle, les propos du professeur Joyeux "n'excédaient pas le principe de la liberté d'expression" et ne constituaient pas un manquement à la déontologie médicale. Michel Cymes "félicite" Henri Joyeux et lui "tire un coup de chapeau". Pourtant, sitôt ce jugement rendu public, ce dernier avait publiquement fanfaronné. "Je ne suis pas du tout radié, je n'ai pas de blâme". Ça veut dire quoi? La première s'élevait contre une recommandation du Haut Conseil de la santé publique, préconisant d'abaisser de 11 à 9 ans l'âge de la vaccination contre le papillomavirus pour les jeunes filles. La seconde fustigeait le remplacement du vaccin DTPolio trivalent (trois affections) par un vaccin hexavalent (six affections). Cette pétition soulignait la présence d'aluminium comme adjuvant dans le vaccin et estimait que cela représentait un danger, ce qui n'est corroboré par aucune étude.

Pour le CNOM, ces pétitions portent des messages non scientifiques et ont eu pour effet de "créer un sentiment négatif sur l'utilité des vaccinations".

Michel Cymes a poussé un coup de gueule sur le plateau du "Magazine de la Santé" mercredi après l'annulation en appel de la radiation du professeur Henri Joyeux, figure des anti-vaccins.

Après avoir conseillé à son interlocuteur de ne pas oublier "d'offrir le champagne à [ses] amis du Conseil départemental de l'ordre des médecins de l'Hérault", le complice de Marina Carrère d'Encausse conclut: "J'espère pour vous et vos amis que si, dans quelques mois ou dans quelques années, un enfant venait à mourir des suites d'une infection parce que ses parents avaient refusé un vaccin à la suite de vos pétitions ou de vos interventions dans les médias, j'espère que ces parents, se sentant responsables, ne vous demanderont de rendre des comptes".

"Etre médecin, c'est être responsable".

En attendant le prochain verdict, le professeur Joyeux retrouve ses droits antérieurs.