Jeudi, 15 Novembre, 2018

Quand les militants démocrates s'en prennent à l'administration Trump — États-Unis

La porte-parole de la Maison Blanche priée de quitter un restaurant La porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders lors de son briefing de presse quotidien
Manon Joubert | 28 Juin, 2018, 05:54

Elle a expliqué à sa cliente que son restaurant avait des valeurs que les visiteurs devaient respecter.

La mésaventure de sa porte-parole a suscité la colère de Donald Trump, qui s'est vengé lundi dans un tweet, comme il en a l'habitude. Comme c'est souvent le cas en pareille circonstance, le président Trump s'est déchaîné sur Twitter, demandant au Red Hen de se concentrer davantage sur le nettoyage de ses canapés, portes et fenêtres sales qui ont besoin d'être repeintes plutôt que de refuser de servir une bonne personne comme Sarah Huckabee Sanders.

La porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a affirmé samedi avoir été mise à la porte d'un restaurant où elle souhaitait dîner la veille, au motif qu'elle travaillait pour le président Donald Trump.Les faits se sont passés dans un établissement nommé The Red Hen, à Lexington, dans l'Etat de Virginie mitoyen de la capitale fédérale.

Hier soir, la propriétaire du Red Hen à Lexington, en Virginie, m'a demandée de partir car je travaille pour le président des Etats-Unis.

Vendredi 22 juin, Sarah Sanders avait été congédiée d'un restaurant à cause des idées et de la politique de son patron. La ministre américaine de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, a de son côté été prise à partie par des manifestants mardi alors qu'elle dînait dans un restaurant mexicain de Washington. Une politique qui a suscité l'émoi au cours des derniers jours tant aux États-Unis puisqu'elle a été à l'origine de la séparation de plus de 2300 enfants de leurs parents à la frontière américano-mexicaine.

Maxine Waters, une élue démocrate du Congrès, a même conseillé d'accentuer les actions de ce type contre les collaborateurs du président.

" Si vous apercevez qui que ce soit de ce gouvernement dans un restaurant, un magasin ou à une pompe à essence, alors sortez, formez une foule, faites le reculer et dites lui qu'il n'est pas le bienvenu, partout et tout le temps", a-t-elle lancé à un meeting.

" Les appels au harcèlement et les efforts visant à écarter des endroits publics les supporteurs de M. Trump sont inacceptables", a jugé Mme Sanders dans son briefing lundi après-midi.

Dans un éditorial intitulé " Laissez l'équipe Trump manger en paix", le quotidien Washington Post s'est également prononcé contre cette tactique de harcèlement, estimant qu'elle débordait du cadre du débat politique.