Jeudi, 20 Septembre, 2018

Possible "débarquement à Malte", selon Griveaux — Migrants-Lifeline

Salvini demande aux ONG de se tenir à l'écart Matteo Salvini en Libye pour discuter de l’immigration clandestine
Manon Joubert | 27 Juin, 2018, 01:05

Dimanche, les frictions se sont aggravées lors du mini-sommet européen informel à Bruxelles, annonçant déjà l'échec du sommet prévu la fin de cette semaine.

La ministre danoise à l'Immigration et l'Intégration, Inger Stjøberg, a indiqué lundi son intention d'envoyer une lettre à Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, pour lui demander d'agir afin que ces migrants ne restent pas sur le bateau. Le chef de file de la Ligue prône une ligne de fermeté pour empêcher les migrants de franchir la Méditerranée. Lors d'une conférence de presse à son retour d'un déplacement en Libye, Matteo Salvini a, de son côté, répété que le Lifeline et les 234 migrants se trouvant à son bord ne seraient pas autorisés à accoster en Italie.

Cependant, la proposition de l'établissement de centres d'accueil en Libye semble ne pas avoir obtenu l'aval du pouvoir libyen.

Dans un entretien publié lundi dans le quotidien La Repubblica, le vice-Premier ministre libyen Ahmed Miitig a souligné son intérêt à travailler avec les hommes clefs du nouveau gouvernement italien.

La crise se noue le 10 juin quelque part entre Malte et l'Italie à bord de l'Aquarius.

Au total, depuis mercredi, environ 2.000 migrants ont été interceptés ou secourus par la marine libyenne. Il a aussi rappelé que l'Europe veut "renforcer sa coopération avec les garde-côtes" libyens pour "limiter les mouvements" de migrants car, selon lui, "la capacité à fermer cette route est la plus efficace et aussi la plus humaine". " Laissez les autorités libyennes faire leur travail (...) sans que les navires des ONG avides les gênent ou causent des troubles ", a commenté, dimanche, M. Salvini, en félicitant les gardes-côtes de Tripoli.

"Nous allons tout faire pour nous assurer que ce sont bien les autorités libyennes qui patrouillent dans les eaux libyennes, empêchant ainsi les ingérences des associations (ONG) qui veulent prendre la place des gouvernements et, ce faisant, aident les criminels et les passeurs", a-t-il déclaré.

La porte-parole, qui se trouve à terre mais en relation avec le navire Open Arms, a affirmé que l'ONG avait reçu au cours des dernières heures "sept ou huit" appels à l'aide provenant de bateaux transportant des migrants et se trouvant au large de la Libye.

La meilleure efficacité de la marine libyenne, dont les unités de gardes-côtes sont de plus en plus financées, équipées et entraînées par l'Union européenne (UE) et l'Italie, se traduit en aval par un tarissement des arrivées en Italie. Alors que le chef de l'État dénonçait la "part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien", qui a refusé d'accueillir l'Aquarius, le ministre de l'Intérieur italien a invité la France à "passer de la parole aux actes et à donner un signal de générosité" et a par ailleurs demandé des excuses officielles au gouvernement français.

"Nous avons besoin d'avoir une vision européenne".

"Les problèmes en Libye doivent être résolus en Libye et non dans les capitales européennes". Dès vendredi, Emmanuel Macron a déclaré que l'Italie "ne vit pas une crise migratoire mais une crise politique" alimentée par "des extrêmes qui jouent sur les peurs." .