Jeudi, 16 Août, 2018

Politique - La rencontre Trump-Kim qu'on n'attendait pas

Le général nord-coréen Kim Yong Chol à Paju dans la zone démilitarisée le 27 février 2018Plus Le général nord-coréen Kim Yong Chol à Paju dans la zone démilitarisée le 27 février 2018Plus
Manon Joubert | 02 Juin, 2018, 00:25

Donald Trump a confirmé vendredi la tenue de son sommet avec Kim Jong-un le 12 juin à Singapour après avoir reçu pendant plus d'une heure à la Maison-Blanche le bras droit du dirigeant nord-coréen.

Kim Jong Un a redit jeudi vouloir "aller vers une dénucléarisation de la péninsule coréenne", mais a prôné un processus "étape par étape".

Les négociateurs tentent actuellement de déterminer si cette position est conciliable avec l'exigence américaine d'une dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" avant toute concession de la part des Etats-Unis. Dans une partie de l'élite sud-coréenne, on frôle la Kim-mania, et le dirigeant du Nord n'est plus considéré comme un paria - ce qui est tout de même préférable pour engager des négociations. Mais son administration n'entend faire de réelles concessions, notamment sur la levée des sanctions draconiennes imposées après la multiplication d'essais nucléaires et balistiques, qu'une fois que le pays se sera "débarrassé" de ses bombes atomiques. En s'exprimant devant la presse, le président américain a également affirmé que la Corée du Nord voulait dénucléariser, et a prédit que le dialogue avec Pyongyang serait "un processus couronné de succès".

Tout sourire sur la photo, Donald Trump se tient assis aux côtés de la star de la télé-réalité dans le Bureau ovale. Il y a de grandes chances que tout ne soit pas réglé en une rencontre, ni en deux ou en trois.

Ce point a été rappelé jeudi, à Pyongyang, par Kim Jong-un. "Cela va se faire, je n'ai aucun doute", a-t-il assuré.

Mais "c'est un défi très très difficile" et "il reste encore beaucoup de travail", a-t-il prévenu. Une délégation du Sud a rencontré vendredi des émissaires nord-coréens pour discuter de l'amélioration des relations bilatérales et du sommet Trump/Kim dans la zone démilitarisée entre les deux pays. "Il serait tragique de gâcher cette opportunité". Cette décision est le fruit d'une volonté diplomatique de Kim Jong-un et Moon Jae-in.