Mercredi, 19 Septembre, 2018

" ONPC " - Dupont-Aignan : vifs échanges sur les questions migratoires

Max Fresnel | 25 Juin, 2018, 01:29

"J'estime que notre pays est colonisé (.) économiquement, religieusement et migratoirement par les migrants qui arrivent sur notre sol", a notamment lancé le candidat à la dernière élection présidentielle. Mais ici, c'est carrément Laurent Ruquier qui s'est mis en colère contre Nicolas Dupont-Aignant. Des propos qui ont fait vivement réagir les autres invités présents sur le plateau, mais aussi l'animateur de l'émission. Nicolas Dupont-Aignan a alors répondu qu'il visait "la petite caste", ce à quoi Jean Benguigui a immédiatement répondu: "cette petite caste vous emmerde". "Quand je vois qu'il y a des centaines de mosquées salafistes en France " - le ministère de l'Intérieur en dénombre environ 120 -, " j'estime que notre pays est en train d'être colonisé et j'estime que les Français, à un moment, doivent être fiers d'être français dans la tolérance, mais doivent dire stop, ça suffit ".

L'homme politique reprend ensuite: " vous savez si j'avais été au pouvoir en 2017, ce que j'aurais fait, la première mesure. Et pour une fois, ce n'est pas Christine Angot qui était à l'origine de la polémique, mais un invité de l'émission. " devant un Nicolas Dupont-Aignan qui n'avait pas terminé: " Vous auriez eu tous les camps de migrants pendant quinze jours et rassurez-vous au bout de quinze jours de camp de migrants sous vos fenêtres, vous auriez été les premiers à venir réclamer ". Les propos du président de Debout la France sur l'immigration et la banlieue ont suscité la colère du présentateur, mais aussi de ses chroniqueurs, Yann Moix et Christine Angot, et de l'acteur Jean Benguigui.

Une attitude et un discours qui n'ont pas plu à Laurent Ruquier. " " Vous connaissez nos vies? Arrêtez d'avoir des préjugés!

Assurant qu'il n'a pas "toujours gagné la vie qu'il gagne" actuellement, le patron d'On n'est pas couché a vertement critiqué les "préjugés" de son invité politique du jour. "Alors, arrêtez de nous balancer que l'on fait partie d'une caste ou je ne sais quoi!"