Mardi, 13 Novembre, 2018

" Le début d'une nouvelle époque " — Rencontre Trump-Kim

Mike Pompeo et Xi Jinping à Pékin jeudi Mike Pompeo et Xi Jinping à Pékin jeudi
Manon Joubert | 19 Juin, 2018, 04:14

"Je lui ai donné un numéro direct où il peut m'appeler s'il a une quelconque difficulté, je peux l'appeler, nous sommes en communication".

Donald Trump a précisé hier devant la presse à la Maison blanche que c'est lui-même qui avait formulé cette proposition.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le président américain a été impressionné par l'attitude du dirigeant nord-coréen devant son peuple.

"S'il y a une chance de faire la paix, s'il y a une chance de mettre fin à la terrible menace d'un conflit nucléaire, alors nous devons la saisir à tout prix", a-t-il ajouté. Mais si les lignes ont bougé, c'est aussi parce que la rencontre de Singapour est l'aboutissement d'un changement majeur dans la stratégie des Etats-Unis en direction de la Corée du Nord et de son allié chinois. Pour lui, il n'est pas pertinent de mener ces manœuvres controversées en parallèle avec les négociations avec le régime de Kim Jong-un en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Depuis Séoul, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a réaffirmé jeudi l'objectif américain et insisté que les lourdes sanctions pesant sur Pyongyang seraient maintenues tant que la dénucléarisation complète ne sera pas achevée.

Mais de nombreux experts à Washington, y compris conservateurs et soutiens de M. Trump, sont d'accord avec les conclusions d'un rapport du gouvernement israélien voyant des "lacunes importantes" dans le texte de l'accord.

Trump des États-Unis d'Amérique et le Président Kim Jong Un de la Commission des Affaires d'État de la République Démocratique et Populaire de Corée (DPRK) ont tenu le sommet, premier et historique, à Singapore le 12 juin 2018. "(.) Nous construisons une armée si puissante que personne ne va nous chercher des problèmes mais vous savez quoi, je veux ne jamais avoir à l'utiliser". A un journaliste qui lui demandait si "nous étions proches de voir Kim Jong Un ici à la Maison Blanche", Donald Trump a répondu "cela pourrait arriver, oui", avant d'enchaîner sur un ton de semi-plaisanterie: "c'est un dirigeant fort. Ne laissez personne penser autre chose". Un nouveau message fort de celui qui, à la veille de son contact avec Kim Jong-Un [VIDEO], avait décidé de retirer sa signature de l'accord du G7, suite à des paroles déplacées de Justin Trudeau. "Je veux que mon peuple face la même chose". "Vous ne comprenez pas le sarcasme", s'est-il indigné devant les journalistes l'ayant questionné sur cette sortie.