Mercredi, 17 Octobre, 2018

L'Autriche décide d'expulser des imams et ferme 7 mosquées

L'Autriche va expulser des imams financés par l'étranger et fermer sept mosquées Une mosquée dans le centre de Vienne le 14 avril 2017
Manon Joubert | 09 Juin, 2018, 03:05

La Turquie dénonce une mesure "islamophobe" et "raciste".

Le chancelier autrichien a également précisé que cette décision faisait suite à la reconstitution très controversée par des enfants habillés en soldats, dans une des principales mosquées de Vienne affiliée à la communauté turque, d'une bataille emblématique de l'histoire ottomane.

Ankara a rapidement et vivement réagi, qualifiant ces annonces de "résultat de la vague populiste, islamophobe, raciste et discriminatoire dans ce pays", selon les propos sur twitter du porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan. "La normalisation et la banalisation de l'islamophobie et du racisme doivent être fermement rejetées", a poursuivi M. Kalin.

"Les sociétés parallèles et les tendances à la radicalisation de l'islam politique n'ont pas de place dans notre pays", selon le chancelier Sebastian Kurz. Ainsi, près de 150 personnes au total, dont la plupart d'origine turque, pourraient être expulsées. Ces précisions ont été apportées par le ministre de l'Intérieur, Herbert Kickl.

Le scandale est venu par le canal de la presse qui a publié des clichés montrant les jeunes garçons en tenue de camouflage alignés en rang, faisant le salut militaire et agitant des drapeaux turcs, devant un public d'enfants. Certains enfants étaient allongés pour figurer les victimes, leur corps enroulé dans un drapeau turc.

Des démarches ont par ailleurs été engagées pour reconsidérer les autorisations de séjour des imams rattachés à l'Union islamique turque d'Autriche (Atib), la plus puissante association religieuse turque dans le pays, liée à la Direction des Affaires religieuses en Turquie (Diyanet).

Devant le local de cette dernière affublé d'un panneau "fermé", un fidèle exprimait vendredi sa surprise: "je fréquente cet établissement depuis que je suis enfant (.), je n'y ai jamais entendu de propos salafiste, c'est ridicule", estimait Kürsant, 26 ans. "Le gouvernement fera preuve d'une tolérance zéro ", avait alors déclaré Sebastian Kurz. Repoussés, les Alliés ont débarqué le 25 avril à Gallipoli mais ont été défaits après de longs mois d'offensive. L'Empire ottoman a fini la Première guerre mondiale dans le camp des perdants et a été démantelé. Mais la bataille de Gallipoli est devenue un symbole de la résistance qui a abouti à l'avènement de la République turque moderne en 1923. Les relations entre Ankara et Vienne sont particulièrement tendues depuis la répression qui a suivi la tentative de putsch contre Recep Tayyip Erdogan en juillet 2016.