Samedi, 23 Juin, 2018

La mobilisation au plus bas au 30e jour de grève — SNCF

SNCF 200 cheminots manifestent pour le retrait de la réforme à l'appel de SUD-Rail Manifestation de cheminots à la gare Montparnasse le 7 juin 2018 à Paris
Napoleon Lievremont | 14 Juin, 2018, 11:17

Du côté des cheminots, une consultation a été organisée mi-mai, lors de laquelle 94,97% des votants ont rejeté le projet de réforme du gouvernement. Malgré l'adoption d'un texte en commission mixte paritaire lundi à l'Assemblée nationale, ouvrant la voie à une adoption définitive par l'Assemblée et le Sénat cette semaine, le leader de la CGT a assuré que la grève allait continuer selon le calendrier prévu. La gauche a critiqué "un pacte LR-LREM" au détriment des cheminots. "L'État a fait ses efforts, notamment sur la reprise de la dette de 35 milliards par tous les Français", a-t-il martelé.

A contre-courant, la CFDT Cheminots a appelé mardi à suspendre la grève pendant les épreuves du bac dans "les trains du quotidien", les TER et RER, afin de "faciliter les déplacements" des candidats. La semaine dernière, l'Unsa-ferroviaire (2e syndicat) avait proposé en vain à l'intersyndicale de " mettre la grève entre parenthèses " pendant l'épreuve.

"J'appelle vraiment les syndicats à prendre leur responsabilité". Ainsi est titré le communiqué posté ce mardi par le syndicat réformiste. "Nous maintenons le statut des cheminots qui l'ont aujourd'hui et nous dessinons un cadre social protecteurs pour l'avenir", a déclaré Elisabeth Borne, à la tribune de l'Assemblée.

Porte-parole de La République en marche, le député Gabriel Attal juge qu'"il faut passer à autre chose" que la grève, même si à l'approche des élections professionnelles, "ça influe sur la position de chacun".

Afin d'"arracher des garanties" pour les salariés, la CGT Cheminots va proposer mercredi à l'intersyndicale de "renforcer la grève" avec "de nouvelles dates de mobilisation au-delà du 28 juin", a-t-elle annoncé mardi.

La direction recensait 17,63 % de grévistes au total en milieu de matinée, ainsi que 53,4 % parmi les conducteurs et 45,5 % chez les contrôleurs.