Samedi, 23 Juin, 2018

La Justice approuve la fusion entre AT&T et Time Warner

Marché: La justice US approuve le rachat de Time Warner par AT&T Autorisée par un juge, la fusion d'AT&T et Time Warner va créer un colosse
Manon Joubert | 15 Juin, 2018, 01:23

Le verdict est attendu vers 20H00 GMT.

Le géant télécoms AT&T a remporté une victoire notable mardi en recevant le feu vert d'un juge américain pour avaler le poids lourd des médias Time Warner mais réussir le mariage entre deux entreprises aux cultures très différentes s'annonce comme un vrai défi.

Ce procès, qui s'est déroulé pendant près de deux mois dans la capitale fédérale Washington, est le plus important de ce type depuis celui contre Microsoft, qui avait failli aboutir à son démantèlement dans les années 90.

Ce jugement va intervenir en effet alors que d'autres grosses fusions sont en cours dans le secteur d'internet et des médias, en pleine transformation sous la poussée de géants technologiques. Time Warner comprend le réseau de chaînes TV américaines The CW (50-50 avec CBS), la chaîne payante HBO et son service Cinemax, le réseau de chaînes Turner Broadcasting System (CNN, TNT, TBS, Cartoon Network, Boomerang, Boing, Toonami, Adult Swim, TCM Cinéma, Turner Sports.) et le studio de cinéma Warner Bros avec son éditeur de BD, DC Comics Entertainment.

AT&T est le premier opérateur de téléphonie fixe et de DSL (opérateur de réseau dans le Middle-East et l'Est des Etats-Unis), le deuxième opérateur mobile avec AT&T Mobility et le premier opérateur de TV par satellite via DirecTV. Comcast pourrait même lancer rapidement une contre-offre sur les actifs du groupe de médias Fox, déjà promis à Disney en décembre.

Les deux sociétés n'ont cessé de marteler durant le procès qu'ensemble, elles seraient plus fortes pour lutter contre Netflix, Amazon et les autres grandes entreprises high-tech qui investissent à fonds perdus dans le contenu - et qui multiplient les abonnés.

Or ces entreprises ont un avantage certain: elles sont en contact direct avec le public et en savent long sur ses goûts et ses habitudes, ce qui leur permet par exemple d'adapter les contenus qu'elles proposent.

Malgré les précédents calamiteux, - Time Warner/ AOL ou Vivendi/Universal -, M. Nichols pense que la fusion d'AT&T et Time Warner a plus de sens aujourd'hui, le paysage internet et médias ayant totalement changé.

Mais, relève Blair Levin, ancien avocat au sein du régulateur américain des communications (Federal Communications Commission, FCC), le gouvernement a peiné à prouver pendant les débats que la fusion serait néfaste.

Donner raison au gouvernement marquerait un changement de cap important dans l'application des lois anti-monopoles aux Etats-Unis. Car depuis des décennies, la plupart des fusions verticales ont été autorisées, tant que le consommateur n'en subissait pas des conséquences négatives.

Sans surprise, le ministère de la Justice s'est au contraire dit "déçu".

Pour ne rien simplifier, l'affaire a aussi un arrière-plan politique, car le président Donald Trump a ouvertement critiqué le projet pendant la campagne de 2016. Pour beaucoup, il était déterminé à mettre des bâtons dans les roues à Time Warner parce que celui-ci détient CNN, une de ses cibles favorites.