Mardi, 13 Novembre, 2018

La Corée du Nord aurait détruit "quatre sites d'essais" balistiques

Les manœuvres conjointes des États-Unis et de la Corée du Sud Sputnik. La paix sur la péninsule coréenne mise en péril par les manœuvres USA-Corée du Sud
Manon Joubert | 22 Juin, 2018, 05:24

A Pékin, Kim a évoqué la " perspective d'une dénucléarisation de la péninsule coréenne ". D'autant plus que de hauts responsables nord-coréens se sont rendus récemment en Chine pour se renseigner sur les réformes économiques lancées depuis 40 ans. Cette nouvelle visite, une semaine après le sommet, semble signifier une volonté des deux parties de discuter des prochaines étapes et de la concrétisation des promesses faites des deux côtés. La semaine dernière, le sommet historique de Singapour entre Donald Trump et Kim Jong Un a débouché sur une déclaration dans laquelle le dirigeant nord-coréen réaffirmait "son engagement ferme et inébranlable envers la dénucléarisation de la péninsule" coréenne.

La Cheongwadae fait tout de même preuve de prudence dans l'annonce de sa position à l'égard du voyage de Kim, puisque son programme et les sujets de ses discussions avec le président chinois ne sont pas encore dévoilés. Il avait, à cette occasion, rencontré le président chinois Xi Jinping, pour la première fois depuis leur arrivée l'un et l'autre au pouvoir, au début de la décennie. Mais l'application par la Chine des sanctions de l'ONU destinées à convaincre Pyongyang d'abandonner son programme nucléaire ont tendu les relations, que les deux pays s'efforcent désormais de réchauffer. La semaine dernière, la diplomatie chinoise et celle de la Russie, avait suggéré que les Nations-Unies envisageraient d'alléger les sanctions si la Corée du Nord accepte de se conformer à ses obligations.

A l'issue du sommet, quand le président américain a annoncé à la surprise générale la fin des exercices militaires conjoints avec Séoul, ce que réclame la Chine depuis longtemps, il était clair que Pékin avait imprimé sa marque sur l'événement.

Si les Etats-Unis publient une nouvelle liste de droits de douane, la Chine prendra des mesures globales pour 'réagir avec fermeté' et sauvegarder ses intérêts, a déclaré le ministère chinois du Commerce dans son communiqué.

"Ils (les Nord-Coréens) ont cessé les tirs de missiles, notamment balistiques, ils détruisent leur site (d'essais) de moteur".

"Nous sommes heureux de voir que la Corée du Nord a pris la décision majeure de mettre l'accent sur la construction de son économie", avait déclaré mardi Xi Jinping à Kim Jong Un. C'est pourquoi, officielle ou pas, la rencontre à Pékin des deux dirigeants va être consacrée à une communication mutuellement affinée ainsi qu'à une stratégie commune face aux Etats-Unis.

"La Chine répète à la Corée du Nord depuis des années qu'on peut maintenir un régime de parti unique tout en s'ouvrant à l'extérieur", observe le sinologue Jean-Pierre Cabestan, de l'Université baptiste de Hong Kong. Les deux fois précédentes, les médias officiels avaient attendu qu'il soit de retour en Corée du Nord pour faire état de sa venue.

"Pour le Nord, [cette visite] sert aussi à montrer au monde, et tout particulièrement aux Américains, que Pékin pourra compter sur le soutien de Pyongyang si jamais les relations entre le Nord et les États-Unis se dégradent", a-t-il souligné.