Mercredi, 17 Octobre, 2018

La Chine abaisse encore les barrières commerciales

La Chine calme le jeu avec Washington en baissant à nouveau ses droits de douane Pékin déterminé à faire valoir ses intérêts commerciaux violés par Washington
Napoleon Lievremont | 02 Juin, 2018, 00:55

Car ce geste fait suite à l'annonce, la semaine dernière, d'une réduction de 25 % à 15 % des droits de douane sur les automobiles importées, également à compter du 1er juillet.

Autant d'offres qui semblent répondre à la nouvelle offensive de l'administration Trump, qui, après plusieurs atermoiements, a remis sur la table, mardi, la menace de droits de douane de 25 % sur des produits chinois, à hauteur de 50 milliards de dollars d'importations annuelles.

Les Etats-Unis avaient annoncé le 19 mai un armistice entre les deux pays, à travers un accord suspendant les hausses de tarifs douaniers annoncées.

Ce changement d'attitude de Washington intervient alors que le secrétaire américain au Commerce effectuera de samedi à lundi un nouveau déplacement à Pékin pour poursuivre les discussions.

Une délégation américaine d'une cinquantaine de membres est déjà arrivée mercredi dans la capitale chinoise pour préparer les négociations, a indiqué M. Gao.

Le président américain dénonce aussi les obstacles aux investissements étrangers en Chine, notamment les transferts de technologie imposés.

Invitant Washington à "tenir sa promesse" de rechercher une solution concertée pour réduire son déficit commercial de 375 milliards de dollars avec la Chine, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a assuré que Pékin défendrait ses intérêts avec "force et détermination" si les Etats-Unis persistent à agir "de manière arbitraire et irresponsable".

S'en était suivie une escalade de tensions, Pékin prenant à son tour des mesures de représailles sur des biens américains d'un montant équivalent. La liste définitive des importations concernées sera publiée d'ici le 15 juin prochain.

Les restrictions sur les investissements "seront annoncées d'ici le 30 juin" pour une application "peu après", précise pourtant mardi la Maison Blanche, qui entend limiter la capacité de la Chine à acquérir des technologies américaines.

Selon la Banque mondiale, ces sanctions frapperaient des produits représentant 11,5% des exportations chinoises aux Etats-Unis et 2,2% des exportations totales de la Chine l'an dernier.