Jeudi, 16 Août, 2018

Italie : Ligue et M5S trouvent un accord, Giuseppe Conte chef du gouvernement

Giuseppe Conte à la tête d'un gouvernement populiste en Italie Italie, les populistes s’installent au pouvoir
Napoleon Lievremont | 03 Juin, 2018, 07:29

Giuseppe Conte et ses ministres seront donc les nouveaux visages de l'Italie suite au raz-de-marée électoral de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles aux élections de mars dernier.

Giuseppe Conte a présenté au président Sergio Mattarella la liste de ses ministres ce jeudi soir.

Il aura fallu deux semaines...

Les deux dirigeants, Luigi Di Maio du M5S et Matteo Salvini de la Ligue deviennent vice-premiers ministres, le premier étant chargé du Développement économique et le second de l'Intérieur, a annoncé dans la soirée Giuseppe Conte.

Le sensible ministère de l'économie et des finances revient à Giovanni Tria, un professeur d'économie politique proche des idées de la Ligue en matière fiscale mais favorable au maintien de l'Italie dans l'euro. Il sera flanqué du très européen Enzo Moavero Milanesi, qui a travaillé pendant 20 ans à Bruxelles et a été ministre des affaires européennes de Mario Monti et d'Enrico Letta (2011-2014), qui devient ministre des affaires étrangères.

Déjà nommé il y a huit jours, il avait jeté l'éponge dimanche soir après le veto du président à la nomination de M. Savona.

Dans la foulée, Carlo Cottarelli, qui avait été chargé lundi de former un gouvernement d'experts après l'échec de la première tentative de l'alliance M5S/Ligue, avait remis son mandat au président jeudi soir, ouvrant la voie à la convocation de Giuseppe Conte.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a dit "avoir la pleine confiance" en la "capacité et la volonté" du nouveau gouvernement à "maintenir le rôle central de l'Italie dans le projet commun européen".

Selon deux sondages diffusés mercredi par les médias, entre 60 et 72% des Italiens souhaitent un maintien dans l'euro et Luigi Di Maio répète que le M5S ne souhaite pas un abandon par son pays de la monnaie européenne.

Il sait que lui et son gouvernement seront observés avec attention par la communauté internationale qui doit, pour la première fois, composer avec un gouvernement populiste dans un des pays fondateurs de l'Union européenne. Mais les analystes s'attendent à de nouveaux soubresauts compte tenu des dangers qui pèsent sur les comptes publics italiens.

Le nouveau gouvernement est une équipe resserrée de 18 ministres, dont seulement cinq femmes, qui respecte l'équilibre entre les deux forces populistes qui le composent, la Ligue et le M5S. La Ligue occupera sept portefeuilles, dont l'Education et l'Agriculture, ainsi que le très stratégique poste de secrétaire d'Etat à la présidence du Conseil, sorte de secrétariat général de l'Elysée en version transalpine, attribué à Giancarlo Gorgetti, le bras droit de Matteo Salvini.

Les ministères de la Santé, de la Fonction publique et des Affaires régionales seront assurés par trois femmes.