Mardi, 13 Novembre, 2018

Harley utilise la guerre commerciale comme "prétexte" pour délocaliser

Napoleon Lievremont | 28 Juin, 2018, 05:51

Parallèlement, la marque est aussi touchée au niveau des coûts de production de ses motos à cause des taxes sur l'acier mises en place par l'administration Trump.

L'an dernier, Donald Trump avait qualifié l'entreprise Harley Davidson de "véritable icône américaine" et l'avait remerciée de "construire des choses en Amérique".

"Le problème n'est pas qu'Harley n'est pas patriotique, c'est que les taxes douanières sont stupides", a rétorqué le sénateur républicain Ben Sasse pour qui ces nouvelles mesures "ne fonctionnent pas".

Dans un autre message publié mardi sur Twitter, Donald Trump a menacé Harley Davidson de représailles si le constructeur cherchait à écouler aux États-Unis des motos fabriquées à l'étranger. Ainsi les célèbres motos mais aussi.

En conséquence, le groupe préfère "déplacer la production des motos destinées à l'Union européenne vers ses usines internationales plutôt qu'aux Etats-Unis afin d'éviter le fardeau des droits de douane", explique encore le groupe. En représailles, les Européens ont décidé de taxer des produits emblématiques américains comme les jeans, le bourbon, le beurre de cacahuètes et les fameuses Harley-Davidson.

Non seulement le constructeur est touché par les taxes sur ses motos mais les droits qui frappent les échanges d'acier renchérissent aussi le coût de cette matière première, avait déjà prévenu en avril le directeur financier du groupe.

En début d'après-midi le titre Harley-Davidson accusait le coup à Wall Street, perdant 6,27% à 41,39 dollars.

Harley estime que les tarifs douaniers européens vont se traduire par une hausse des coûts comprise entre 30 et 45 millions de dollars pour le reste de 2018 et d'une hausse de 80 à 100 millions de dollars en année pleine.

En 2017, Harley-Davidson a vendu 242.788 motos dans le monde, contre 260.289 l'année précédente, et ne prévoit d'en vendre que 231.000 à 236.000 cette année. Harley-Davidson a des usines au Brésil, en Inde, en Australie et une en cours de construction en Thaïlande. D'autant que le constructeur connait un essoufflement de ses ventes.

La marque a fait savoir que les taxes européennes renchériraient ses motos fabriquées aux États-Unis de 2200 dollars chacune sur le marché européen.

Au nom de la protection des emplois et des produits américains, la Maison Blanche s'est lancée dans un bras de fer avec ses plus grands partenaires commerciaux.

La compagnie a déjà annoncé au début de l'année la fermeture d'un site à Kansas City (Missouri, centre) et une restructuration de son unité de York en Pennsylvanie (nord-est).

Le président avait salué "ce fleuron américain" et exprimé sa confiance dans le fait que la compagnie allait augmenter sa capacité industrielle sur le territoire américain.